LCD Soundsystem – This Is Happening

Drunk Girls ! Une ligne de basse jouée très fort, à en faire mal au ventre. Drunk Boys ! Une  phrase de synthé qui sonne comme du cheap-tunes. Drunk Girls ! « Bah Alors tu chantes plus, bwahahaha !! ». Il se réveille au milieu de la pièce, il est en tee-shirt et caleçon, les vêtements imbibés d’alcool et de confettis, autour de lui tout le monde rigolent, il se sent vaguement nauséeux. « Allez quoi ! Prend un verre mon vieux ! », Il a envie d’en boire un, mais finalement il dit non car il ne le sent pas trop là. Alors deux types l’attrapent, l’immobilisent, il leur crie d’arrêter, que ça suffit maintenant, que le clip est terminé, mais un troisième type lui force à ouvrir la bouche, tandis qu’un quatrième le force à avaler la mixture, il se met à cracher. Tout le monde le montre du doigt et rigole. Il dit « mais qu’est-ce que vous foutez bordel, on arrête de filmer là ! ». Mais déjà les deux types l’entrainent au fond d’une pièce.

Drunk Grils ! A l’intérieur, y a des pinces, des scalpels, et des menottes. Les deux types le menottent et l’attachent sur un fauteuil. « Tu te rappelles de la scène dans ‘Pulp Fiction,’ quand Bruce Willis et Ving Rhames se font enlever, et bien on va faire pareil sauf qu’aujourd’hui il n’y a pas Bruce Wilis ». Il se met à crier, il leur dit d’arrêter tout ça maintenant. Drunk Boys ! Il se met à hurler au moment où on lui marque au fer rouge la boule disco de son premier disque sur le dos. Les types déguisés s’empressent dans la pièce, et se mettent à le frapper sur le ventre des sacs plein de CDs, pendant qu’il vomit deux ou trois fois. Drunk Girls ! Il perd conscience, dans ces rêves, il repense aux infra-basses et aux guitares vaguement inspirées de Heroes de l’immense Bowie sur All I Want. Cette musique lui fait alors du bien, il se sent ailleurs, comme détaché de son corps, loin de la torture que l’on est en train de lui faire subir …

Drunk Girls ! Il se réveille, assis sur une chaise et les mains attachées dans le dos. Il reconnaît alors en fond sonore la boite à rythme et le synthés vaguement eighties et orientalisant de You Wanted A Hit. Un type déguisé rentre dans la pièce, avec un poste de télévision posé sur une table à roulette. Le type allume la télé, il se voit à l’écran, il est filmé. Le type sort alors un revolver et commence à la pointer sur sa tête. Il se dit qu’il va mourir, que ça va être filmé et que la bande son de sa propre mort sera son dernier disque. Drunk Boys ! Le type appuie sur la détente. Drunk Girls ! Un drapeau avec les lettres BANG ! apparaît. Drunk Boys ! Tout le monde rentre alors dans la pièce en applaudissant. On le détache, on l’embrasse, on l’enlasse, on le félicite, on lui dit qu’il a été parfait, on lui dit que tout va bien maintenant, on lui dit que les premiers échos à propos du disque augurent d’un bon succès. Drunk Girls !

Il rentre chez lui, se lave, se change et se couche. Il dort d’un profond sommeil réparateur. Le lendemain matin, il se réveille, apaisé. Il se demande si tout ce qui s’est passé la veille n’était pas le fruit de son imagination délirante. Dans sa chambre, il entend Home, ce long morceau électro qu’il a composé, qui sonne comme un lendemain de soirée particulièrement festive. Il y a un vieux synthés. Il s’en approche. Il commence de poser un doigt sur une touche. Sa main tremble. Drunk Girls !

Par Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *