Cass McCombs – Wit’s End

Sers-moi encore un peu dans les bras, mon amour. Dansons encore un peu sur ce rythme si lent, cette mélodie si douce dans cette salle éclairée par des projecteurs rouge, bleu et vert, où les couleurs semblent se mélanger dans un étrange effet stroboscopique. Si nous faisons à peine attention à la voix si suave du chanteur, aux notes si simples à jouer sur ce clavier, aux autres couples qui dansent autour de nous, c’est parce que nous cherchons à prolonger le plus longtemps possible cet instant fugace …

J’adore County Line, le premier titre que l’on trouve sur le dernier album de Cass McCombs, « Wit’s End », c’est le genre de morceau qui donne envie de réhabiliter une bonne fois pour toute le slow romantique, style musical galvaudé et décrépie s’il en est. Je me souviens encore quand j’ai découvert Cass McCombs, c’était en première partie d’un concert de Idaho, ça devait être à ses débuts, quand il jouait de la dream-pop vaguement shoegaze avec beaucoup de guitare. Je n’ai pas immédiatement accroché aux mélodies de « Not The Way », et il m’a fallu quelques disques plus personnels pour finalement découvrir ce « Wit’s End » qui sonne à l’évidence comme un futur trésor caché, peut être le chef d’œuvre de cet artisan.

Car outre le slow de County Line, il y a quelques titres à l’impressionnante noirceur, il y a le folk lent de Pleasant Shadow Song, l’ambiance cabaret en train de fermer au petit matin de A Knock Upon The Door, l’étrange pop léthargique de Buried Alive ou encore les ambiances cafardeuses de Saturday Song. Tout cela est semble bien loin de County LineCass McCombs se laisse doucement aller à chanter comme une sorte de crooner sur le retour. En ce moment j’aime bien écouter ce disque, comme pour retrouver un peu de calme avant la tempête …

Nous tournons tous les deux, encore et encore, comme pour mieux apprécier cet instant, cet instant dont nous espérons qu’il ne se terminera jamais. Alors tu poses ta tête contre mon épaule, alors je te sers un peu plus. Autour de nous, il ne reste plus grand monde sur la piste de danse, nous continuons encore et encore. On dirait que la terre s’est arrêtée de tourner, demain on achèvera bien les chevaux …

( ♫ ) Cass McCombs – County Line

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

4 thoughts on “Cass McCombs – Wit’s End

  1. Encore mieux que le précèdent, ce disque a quelque chose de ringard mais il est très beau à la fois.
    Ma favorite à moi c’est Memory’s Stain, un pure délice 🙂

  2. Jolie chronique (comme très souvent) d’un disque appparement lisse au premier abord et au surplace étrange, apaisé et fascinant. Le plus étrange, c’est que je connaissais pas McCombs, bon auteur que je découvre là (j’ai écouté “Catacombs” depuis) mais qui semble avoir atteint ici un palier…
    Et puis c’est vrai que c’est bien un bon vieux slow, même si le reste du LP ne ressemble pas à ce titre d’ouverture. Salutations 🙂

    1. 🙂
      Je n’avais écouté que les deux premiers albums (j’ai A en Vinyle), mais celui-là à quelque chose de très sombre avec des mélodies très belles !
      On est d’accord, c’est surtout le premier titre qui est un slow, mais il est tellement magnifique qu’il méritait d’être signalé !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *