Rancid – Trouble Maker

Les trois accords distordus de ce titre de Rancid semble provenir du pont que l’on distingue sur la pochette de leur nouvel album, « Trouble Maker ». La basse turbine et on se sent immédiatement en terrain familier dès le premières secondes de Track Fast. Comme si un double surgit du passé était venu nous rendre un truc laissé de côté depuis cette période qui a suivi lycée. 1996-1997 donc, où vivant encore à Lyon, je me souviens de cet ami d’ami – dont j’ai perdus la trace depuis – qui collectionnait la plupart des disques de punk skate-core, avec bien évidemment une bonne partie du catalogue Epitaph. J’en ferai quelques copies sur K7 tout en achetant dans foulée la compilation « Punk-O-Rama Vol. 2 » où l’on peut entendre Side Kick. Le disque est toujours là, il n’a pas pris la poussière, il est de ceux que l’on se passe quand la colère gronde.

Ces dix-neuf nouveaux titres naviguent entre un punk qui sonne souvent mieux que certains titres des Clash, du ska parce que c’est l’été, du hardcore qui avance tellement vite que son écoute continue permettrait de se passer de café pour la journée, mais surtout des chansons qui donne indéniablement envie d’y revenir. Pour le reste, la basse de Matt Freeman ronfle toujours autant qu’elle reste mélodique, les guitares ont su garder leur vieille saturation et la voix de Tim Armstrong sonne éraillé comme jamais, à la manière de ce vieux pilier de concert un peu fatigué mais avenant que l’on croise de temps à autre. La musique de Rancid file à plein gaz et porte en elle cette générosité qui nous pousse à sortir de chez nous pour regarder le monde.

( ♫) Rancid – Track Fast

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *