Cercueil – Shoo Straight Shout

cercueil

On se demandait bien à quoi pouvait ressembler la musique de Cercueil, surtout avec un nom pareil. La réponse fut immédiate : pas à ce qu’on s’attendait et difficile à cerner. Il faut dire que le trio lillois sait s’y prendre pour brouiller nos repères, tout en nous proposant un son puissant et immédiat ; électro et rock. En neuf titres, leur dernier album “Shoo Straight Shout” nous prend à la gorge dès l’introductif Skip one breath et ne la relâche qu’à la dernière note de Sparkling Pulse.

S’il faut chercher des inspirations dans la musique de Cercueil, on préfère évoquer avec paresse Blonde Redhead ou encore PJ Harvey. Mais ça ne suffit pas pour se faire clairement une idée puisque le groupe compose avec déterminations dans des tonalités électro où les infrabasses sont saturées de distorsions et les guitares sont anguleuses. Sur ses blips abrasifs vient se poser la voix étincelante et insoumise de Pénélope Michel. Indomptée, elle débite ses textes noirs sur ce mélange de cold-wave rock, électro et synthétique et nous laisse entièrement ébaubis à son écoute.

On ne gâchera pas notre plaisir d’entendre pour une fois un groupe français qui sort du chemin balisé des étiquettes à coller et propose une identité sonore et visuelle originale. Cercueil commence par nous proposer une jaquette particulièrement soignée et prolonge cette expérience sur un disque qui réussit à imposer sa force dès son premier morceau et prolonge cette formule sur l’ensemble des titres sans perdre de son efficacité. Pour une fois on ne se pliera pas à l’exercice de l’énumération des titres, tant Cercueil semble avoir composé sa musique dans un désir d’enlever tout ce qui est superflu et inutile tout en reproduisant cette force sur l’ensemble du disque.

On saura donc gré à Cercueil de ne pas se mettre à cachetonner pour la suite en rentrant dans un rang bien pâlichon. Face à une armée de rockeurs français qui sentent bon la naphtaline, Cercueil nous propose donc une réelle personnalité. Avec son mélange entre dance-floor et krautrock, ce Cercueil pourrait bien mettre un pied dans la tombe la pop molle de l’Hexagone.

Article publié sur le site Indiepoprock.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *