PJ Harvey – A Woman A Man Walked By

La carrière de Polly Jean Harvey s’est souvent construite par des détours musicaux et des prises de risques payantes. Pour autant, PJ Harvey a toujours su garder un contact fort avec les musiciens qu’elle a côtoyé, et notamment John Parish, qui lui avait consacré parmi ses meilleures réalisations, comme le superbe “To Bring You My Love”. Si John Parish était aussi présent sur son précédent disque, “White Chalk”, il s’occupe aujourd’hui des compositions de “A Woman A Man Walked By”.

Si ce disque est l’occasion pour PJ Harvey d’essayer plusieurs directions musicales et d’y écrire des textes toujours aussi noirs, qu’elle incarne de différentes manières ; ce qui nous frappe finalement le plus est l’émotion de sa voix qui traverse chacun des morceaux. PJ Harvey nous évoque tour à tour une vieille dame chancelante sur April, ou se réapproprie le phrasé agressif de Captain Beefheart sur Woman a Man Walked By/The Crow Knows Where All the Little Children Go ou encore Pig Will Not. Au détour de Leaving California, PJ Harvey retrouve la voix fluette et introspective ainsi que le piano mélancolique qui avaient fait l’écriture blafarde de “White Chalk”. Un jeu de piste commence alors à se dessiner, comme pour mieux évoquer la richesse d’écriture qu’incarne PJ Harvey.

Et ces différentes pistes se révèlent toutes absolument passionnantes à écouter. L’inaugurale Black Hearted Love, qui est aussi le premier single de ce disque, sonne comme une chute de “To Bring You My Love” avec ses guitares rock très nineties alors que Sixteen, Fifteen, Fourteen sonne comme du folk poisseux emporté par un banjo débraillé. Sur The Soldier on y entend un ukulélé, un piano et un mélodica fatigués qui viennent accompagner la superbe voix de PJ Harvey, incarnant avec justesse le destin cabossé du soldat en question. Une ambiance funèbre qui se révèle particulièrement touchante et bouleversante.

Après une écriture aussi éclatée, il y a fort à parier que PJ Harvey revienne avec un prochain disque qui n’aura rien à voir avec celui-ci. Mais peu importe, tant ce disque se révèle être un joli chef d’œuvre, un cadeau inattendu dont il est difficile de rester insensible face à une telle classe.

Article publié sur le site Indiepoprock.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *