Tycho Brahé – Le Temps Qui Passe

pochette-tb_ltqp1

Parce qu’on avait écouté “L’éloignement” et dit beaucoup de bien du groupe Blue Haired Girl, parce que leur post-rock à la tonalité acoustique nous avait emballé, alors on se devait de jeter une oreille attentive au projet solo de l’un de leurs membres. Jusqu’ici, Tycho Brahé avait enregistré beaucoup de titres dans un format minimaliste, avec pour ambition de capturer l’émotion d’un lieu, d’un moment et de la traduire rapidement, en quelques heures, sous forme d’un morceau. “Le Temps qui Passe”, sorti sur le label Les Disques Normal, prolonge ces expériences sur disque.

De tonalité lo-fi, les compositions de Tycho Brahé ont une immédiateté et une sincérité touchantes. Entièrement écrites autour d’atmosphères boisées et de constructions mélodiques et expérimentales, les morceaux de Tycho Brahé nous embarquent dans l’atmosphère introspective de son appartement. Believe avec sa voix chuchotée et ses quelques accords joués sur une guitare acoustique émaciée sonne comme un grand morceau folk résolument intimiste, avant de laisser la part belle à quelques instruments-jouets venus  agrémenter ce titre de nombreux détails captivants. Filaments joue la carte du toy piano et évoque le grand Pascal Comelade, tandis que La Distance Aux Choses invoque la grande faucheuse dans un texte particulièrement blafard. Une inspiration qui se prolonge sur les dix-sept morceaux parfois instrumentaux de Tycho Brahé, qui réussit là un disque honnête, poignant et poétique.

“Le Temps Qui Passe” fait partie de ces albums qui sortent en marge de toute actualité, dont la discrétion et l’originalité le fait nager à contre-courant de la pop molle en provenance de l’Hexagone. Sur ces quelques mots, on retourne encore un peu dans cet agréable cocon.

Article publié sur le site Indiepoprock.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *