Six Organs Of Admittance – RTZ


Dans la série des grands artisans du folk plutôt free, Ben Chasny en est assurément l’un des dignes représentants. Son travail en solo sur Six Organs Of Admittance nous a permis de découvrir un grand songwriter, évoluant sur un terrain un peu plus recherché, où son travail de composition mélange musique psychédélique et ambiances boisées. Les deux derniers albums de Chasny, “The Sun Awakens” et “Shelter From The Ash”, nous ont donné l’occasion de voir comment cette écriture manie avec merveille l’art d’un folk-rock assez classique et de l’expérimentation affranchie de certaines limites, où Neil et La Monte Young se rencontrent.

Avant de sortir un prochain album, Ben Chasny vient de rééditer un catalogue de ses premiers morceaux sur “RTZ”, et autant vous prévenir tout de suite, cette musique ne se laisse pas domestiquer par le premier venu. En effet c’est la veine purement expérimentale de Six Organs Of Admittance que l’on retrouve ici, dans une forme totalement libre, où des boucles de guitares acoustique s’entremêlent avec répétition sur des chants psalmodiant quelques incantations païennes. Ces rythmes hypnotiques sont étranges, effrayants, mutants, et construits sur tout un tas de lignes mélodiques qui forment un assemblage de diverses micro-tonalités.

Chaque morceau dure en moyenne vingt minutes, et fini par imprégner notre cerveau d’une redoutable humeur lysergique. Nos oreilles se mettent à bourdonner face à ces drones acoustiques et boisés, avant que le reste de nos sens ne se mettent à passer dans un nouvel état transcendantal. On reprend alors nos esprits en se disant que cette musique est avant tout tribale et agnostique. Et malgré ses indéniables qualités conceptuelles, “RTZ” demeure un disque difficile d’approche ; le superbe Resurrection résume d’ailleurs assez bien l’ambiance générale, où l’on passe d’une concaténation de guitare acoustique lo-fi à des moments de folk apaisé, avant de partir vers des rythmes répétitifs et ancestraux.

“RTZ” n’est donc pas un disque accessible, et peut donner l’impression que l’on soit obligé d’avoir bac+12 pour le comprendre dans sa globalité, tant on risque de se perdre dans cette profusion de détails labyrinthiques. Son intérêt vient dans l’immense sentiment de liberté que Ben Chasny accordait à ces premières compositions par rapport à ces derniers morceaux plus accessibles pour les auditeurs. Une démarche intransigeante et courageuse qui nous rendent impatients d’entendre les prochains morceaux de Six Organs Of Admittance. Et la performance de la vidéo qui accompagne ce post n’est pas sur “RTZ”, mais donne une vague idée de l’esprit “free” de Ben Chasny

Article publié sur le site Indiepoprock.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *