Rétrospective de la décennie : l'an 2000

P1010186

2009 va bientôt se terminer et clore cette décénie. Tout le monde va y aller de sa rétrospective, et donc moi aussi. Aujourd’hui je commence logiquement par cinq titres issus de l’an 2000.

Cette année-là je suis rentré dans ce qu’on appelle « la vie active ». Un premier job pas très marrant, où je partageais mon bureau avec un type qui écoutait de la country absolument hideuse (Shania Twain, et plein de trucs dans le même genre). Lorsque “Kid A” de Radiohead est sorti, je l’ai à mon tour passer au taf, et National Anthem créa son petit effet auprès de mon voisin de bureau, qui eu du mal à s’en remettre. Je réécoute souvent ce morceau, où l’on entend la basse omniprésente de Colin Greenwood. Un peu plus assurée qu’à l’accoutumée, la voix de Thom Yorke arrive après une longue intro, avant de laisser place à un ensemble de cuivres qui trouvent leur inspiration dans quelques grands moments de free-jazz. On les croirait sorti d’un live de Pharoah Sanders ou d’Archie Shepp, mais le génie de Radiohead a bien été de les rendre plus accessible au sein de ce joli morceau de pop torturée.

En stage, pour aller travailler, je prenais un train à la gare St-Lazare, destination la Défense, il m’arrivait souvent d’entendre Playa Blanca de Michel Houellebecq sur mon walkman (jeune, sache qu’il y a neuf ans le lecteur MP3 était au dessus de mes moyens, et était réservé à une certaine élite sociale à laquelle je n’appartenais pas). Ce court morceau possède un espèce de groove ultime, fabriqué en main de maître par Bertrand Burgalat, aidé à l’époque par Peter Von Poehl avant qu’il ne se lance dans un superbe carrière solo. Michel Houellebecq n’écrivait pas encore trop de conneries, et débitait sur ce morceau un texte clair-obscur sous Xanax évoquant la fin des vacances.

Dans le genre, Calexico a su trouver une formule efficace avec Crystal Frontier, morceau sorti de “Hot Rail”.  Avec un mélange de folk-rock et de trompettes mariachi, le groupe de Joey Burns et John Convertino réussi là un titre plaisant, entrainant, revigorant, chaleureux et remoralisant. C’est celui qui est indéniablement le plus pop de l’album. Je les ai vu depuis en concert, Calexico a pris pour habitude de reprendre Alone Again Or, autre grand moment de cuivre et de folk, dans lequel s’inscrit sans hésiter Crystal Frontier.

Jay Mascis est du genre à faire beaucoup de bruits avec une guitare. Kevin Shields aussi. Et bien ces deux bonhommes ont travaillé ensemble sur “More Light”, l’album de Jay Mascis & The Fog,qui sorti en octobre 2000. Le dernier morceau de l’album en question, More Light est une gigantesque tempête de guitares noisy où l’on reconnaît bien les deux styles : pédales d’effets pour Shield et solo déglingué pour Mascis. A noter aussi un batteur qu’on n’entend pas bien, mais qui se démène pas mal quand même. Gros titre rock qui tache, qu’un ami m’a beaucoup fait écouter avant que je ne devienne fan de Dinosaur Jr, alors que moi j’ai toujours préféré Sebadoh ou Pavement.

Et pour finir, il y a l’immense Jason Lytle, qui sortait en 2000 le superbe “Sophtware Slump” avec son Grandaddy, sur lequel on retrouve l’immense Crystal Lake où on entend la marque de fabrique de l’écriture « grandaddienne » : une voix mélancolique, des claviers qui font doudoudoudou, des guitares acoustiques, des guitares électriques un peu abrasives. Un chef d’oeuvre qui n’a pas pris une ride depuis …

Voilà c’est fini, rendez vous demain pour l’année 2001.

Par Mathieu

3 thoughts on “Rétrospective de la décennie : l'an 2000

  1. Moi je trouve que Crystal Lake est vraiment le morceau le moins ambitieux de Sophtware Slump. On est quand même loin de chef-d’oeuvres du genre He’s dumb, he’s simple, he’s a pilot, et de la série des Jed.

    En fait, crystal lake aurait eu sa place sur l’album d’avant qui est un joli brouillon de Sophtware Slump… Mais ça n’engage que moi hein.

    1. Je garde une petite tendresse pour Crystal Lake et son immédiateté pop. J’adore aussi He’s dumb, he’s simple, he’s a pilot qui est un joli morceau de bravoure, par contre j’accroche un peu moins sur les Jed …

  2. Hello.

    Les années 00′, des grands disques, des chef d’œuvres.
    Tout à fait d’accord avec toi, « Kid A » est LE Disque de cette décennie. J’ai écrit dessus ici = http://muziksetcultures.over-blog.fr/article-52495084.html

    Et la même année (2000), “The Sophtware Slump” de Grandaddy : Leur “OK Computer” ! Le disque de la mue artistique qui, comme pour le quintet d’Oxford en 1997, allait transformer la larve (déjà fort belle) du rock indie en un majestueux et superbe papillon, sorte de Sphinx accédant aux plus hautes cimes…

    A + +

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *