The Brian Jonestown Massacre – Who Killed Sgt. Pepper ?

Sur le premier album de Joy Division, on pouvait entendre Ian Curtis déclamer « Confusion in her eyes that says it all / She’s lost control ». Outre le fait qu’Anton Newcombe copie éhonteusement She’s Lost Control avec This Is The One Thing We Did Not Want To Have Happen, on peut effectivement affirmer que la musique de Brian Jonestown Massacre s’avère être hors de contrôle, tant elle change plusieurs fois de directions pour mieux noyer l’auditeur dans de puissantes vagues psychédéliques.

Reconnu en tant qu’artiste maudit, surtout par rapport aux Dandy Warhols, grâce au documentaire « Dig ! », Anton Newcombe, depuis totalement clean, travaille d’arrache-pied pour sortir inlassablement un nouveau disque chaque année. Aujourd’hui, Anton a eu envie de se payer les Beatles, et il nous le fait gentiment savoir avec le titre de son nouveau disque et une pochette affichant un Jésus en noir et blanc. « Kill Your Idol / Sonic Death / It’s The End Of The World ». Effectivment le dernier Brian Jonestown Massacre c’est la mort sonique, en particulier pour nos oreilles, tant cet album navigue entre Shoegaze noisy, Psychédélisme, Krautrock, et électro qui fait tatapoum.

Après un Tempo 116.7, totalement ambiant, absolument hypnotisant, idéal pour procrastiner sur le canapé, Anton Newcombe envoie une bonne dose d’électricité des plus abrasive. Guitares distordues et basses fuzz s’abattent sur notre cerveau, ça sonne un peu comme du Loop ou du Spacemen 3 ; ça tombe bien, Will Carruthers joue sur ce disque. Puis sur Super Fucked ou encore This Is The First Of Your Last Warning, il se passe quelque chose en plus, ces titres synthétisent toutes les pistes explorées par Newcombe, une sorte d’électro-folk-kraut-noise, c’est magnifique et ce n’est pas sans rappeler certains titres de Primal Scream. Une fois cette dernière référence digérée, mon cerveau s’est arrêté de trop analyser ce “Who Killed Sgt. Pepper”, tant sa puissance mélodique a de quoi faire taper du pied, hocher de la tête, à défaut de pouvoir faire remuer les hanches …

Anton Newcombe a beau avoir décroché des drogues, son dernier disque sonne quand même comme une belle remontée d’acide lysergique, et forcément on prend ça en pleine figure. Asphyxiant, gonflé et orgueilleux …

Par Mathieu

3 thoughts on “The Brian Jonestown Massacre – Who Killed Sgt. Pepper ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *