Okkervil River – I Am Very Far

Il y a des groupes comme ça, on les écoute en se disant qu’on ne tiendra pas une chanson, et puis finalement on reste avec eux pendant des années. C’est le cas d’Okkervil River et son « The Stage Names » sorti en 2007. Depuis cet instant, j’ai toujours su garder quelques moments pour réécouter les compositions de Will Shelf, (étrangement, beaucoup moins pour son ex-collègue Jonathan Meiburg … Suis-je le seul à ne pas du tout accrocher à l’emphase pénible de Shearwater ?). Et puis dernièrement, j’ai eu envie de compositions classique, de songwriting à l’ancienne, de choeurs et de refrains mélodiques. C’est ainsi que l’envie de poser un disque d’Okkervil River sur la platine et d’écouter du folk/rock s’est naturellement imposée.

J’écoute « I Am Very Far » et je me dis que c’est le genre de disque que j’aurais envie de passer lors d’un long voyage en voiture. Alors nous partons en famille sur des petites routes, nous traversons quelques hameaux perdus en pleine campagne tout en écoutant le folk-rock de The Valley. Au bout d’un moment nous nous arrêtons pour faire un picnic au beau milieu d’un champ et nous laissons les portes ouvertes afin entendre la country-pop lente de Lay Of The Last Survivor, et puis déjà il faut reprendre la route car la nuit approche. Quand tout le monde dort dans la voiture, il est 3h du matin et je continue de rouler en me maintenant éveillé avec l’emphatique We Need A Myth … Enfin en arrivant à la location pour les vacances, nous sommes presque tristes en écoutant les dernières notes de The Rise.

( ♫ ) Okkervil River – Lay Of The Last Survivor

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Je me dis alors que Will Shelf fait partie de ces songwriters qui savent jouer avec une certaine idée de la composition à l’ancienne. Je pense à tout ça en rageant les bagages pendant que les filles vont se coucher. Alors nous restons là dans cette vieille maison, nous sommes littéralement déconnectés du monde qui s’excite virtuellement autour de nous. Nous profitons calmement de ces moments de lenteur et nous écoutons Okkervil River dans l’auto-radio à chaque fois que nous devons aller faire des courses au village le plus proche. Quelle heure est-il d’ailleurs …

Et puis c’est fini, c’est déjà la rentrée ; des vacances il ne reste plus que des souvenirs lointains, déjà déformés par le rythme éreintant de la rentrée. Alors je crois que je vais me garder quelques moments calmes pour réécouter ce « I Am Very Far », sûrement parce que la musique d’Okkervil River sonne parfois comme la bande son idéale des vacances au calme, sûrement parce qu’il y a des groupes comme ça, on les écoute en se disant qu’on ne tiendra pas une chanson, et puis finalement on reste avec eux pendant des années.

( ♫ ) Okkervil River – The Rise

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Texte et photo de Mathieu Gandin

3 thoughts on “Okkervil River – I Am Very Far

  1. Non, non, tu n’es pas tout seul!
    La grandiloquence de Shearwater, toujours plus grande, m’agace. Mon avis est que le gâchis était presque complet sur leur dernier album, pourtant encensé, Archipelago.
    Dans ma chrinique sur l’album de
    Okkervill River est un groupe quant à lui tellement constant dans la qualité sobre. J’avais écrit dans le présentation de l’album de Roky Erickson qu’Okkervil est <a href="http://mmarsup.blogspot.com/search/label/Okkervil%20River"<"un groupe qui a eu beaucoup de chance que son vocaliste s'en aille chez Shearwater".

    Je chroniquerai bientôt aussi cet album…

  2. Non, non, tu n’es pas tout seul!

    La grandiloquence de Shearwater, toujours plus grande, m’agace. Mon avis est que le gâchis était presque complet sur leur dernier album, pourtant encensé, Archipelago.

    Okkervill River est un groupe quant à lui tellement constant dans la qualité sobre. J’avais écrit dans le présentation de l’album de retour de Roky Erickson qu’Okkervil était “un groupe qui a eu beaucoup de chance que son vocaliste s’en aille chez Shearwater”.

    Je chroniquerai bientôt aussi cet album…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *