Richard Skelton – Verse Of Birds

On entend parfois les doigts qui se posent sur les touches du piano. Un arpège, puis un archet qui vient frotter les cordes de l’instrument. Une phrase mélancolique. Puis deux. Encore et encore. Une impression de mélancolie s’installe profondément alors que cette musique prend doucement son ampleur. On se place à des endroits différents dans la pièce, on monte le son, on accueille le « Verse Of Birds » de Richard Skelton comme un instant inestimable, pour sentir de nouveau la beauté des choses que nous avions sous nos yeux depuis si longtemps mais que nous ne voyons plus en allant trop vite.

On avance dans l’herbe, au dessus de nous le soleil se cache derrière les nuages. Il y a une sorte de grisaille qui plane, mais on sent un petit peu les effets de la chaleur. Le vent souffle aussi sur nos visages. Alors à un moment, on s’allonge dans l’herbe et on regarde les mouvements très lents qu’effectuent les nuages dans le ciel. Au bord d’une petite mare, on peut voir un violoncelle et un piano. Il y a quelques gouttes d’eau qui coulent dessus, ça fait grincer le bois. La pluie est légère, alors on reprend notre marche tout doucement.

Dans la belle pochette grise, on découvre deux CD, un autre signe du temps qui passe. Sur le site de Richard Skelton on y trouve aussi de très beaux livres, des objets Des signes du passé, mais des objets qui sont toujours là, on continue de faire avec. Et puis il y a aussi quelques vinyles, certains sortis sous d’autres noms, Carousell ou encore A Broken Consort. Ils sont tous d’une beauté qui me laisse sans mot. C’est le soir, le soleil se couche lentement, le calme règne enfin dans la maison, « Verse Of Birds », à chaque fois il y a ces cordes et ces notes de piano, comme si le temps choisissait d’en rester là, comme suspendu …

( ♫ ) Richard SkeltonBond That Does Not Break

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *