Endless Boogie – Long Island

endlessboogie

La salle de concert se trouve dans une petite cave recouverte de vieux tags. Pour y rentrer il faut descendre un escalier un peu raide. La pierre de la dernière marche est entaillée, il y a toujours quelqu’un qui s’y vautre. La scène est toute petite et on peut y voir trois gros amplis Orange qui entourent une batterie un peu usée. Il y a aussi deux vieilles Gibson Les Paul et une Fender Precision. La salle se remplit vite. Et puis tout d’un coup, tout le monde se retrouve dans le noir. La scène s’allume et quatre types chevelus attrapent leurs instruments. Ca démarre tout de suite, à coup de riff gras. Dans la foule, les têtes se mettent à bouger nerveusement.

Sous les coups de la whawha distordue et de la batterie, les corps commencent à se rapprocher. Certains hurlent comme ils n’en n’ont jamais rêvé. Chaque titre sonne comme un jam psychédélique complétement free. Un des guitaristes poussent quelques cris gutturaux dans le micro. La basse n’arrête pas de tourner autour de la même ligne, inlassablement, encore et encore. Les notes sont les mêmes mais ne sonnent jamais pareilles. Avec la batterie, une forme étrange d’hypnose s’installe progressivement. Certains ne se remettent pas de ce qu’ils sont en train de voir. D’autres dansent. Certains se rapprochent et commencent à se serrer les uns contre les autres …

( ♫) Endless Boogie – General Admission

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

A un moment le tempo se ralenti. La basse passe au premier plan. Certains sont déjà en train de former un groupe tout en prenant des bières au bar. D’autres se touchent l’entrejambe tout en dégrafant les boutons du haut du chemisier. L’atmosphère est moite, poisseuse. Les guitares jouent des petits riffs qui miaulent. Et puis ça s’accélère comme ça, juste après un coup de batterie. On ne l’avait pas vu venir. Les spectateurs sont maintenant totalement frénétiques. Ca saute dans les premiers rangs. Certains semblent devenir fous. Les riffs ne s’arrêtent plus. Quelqu’un vient de lancer une chaise sur le devant de la scène. Y a un type dans la fosse qui vient de la recevoir sur la tête. Il pisse le sang …

Le concert vient de s’arrêter. Tout le monde sort en courant. Il y en a qui glissent sur la marche cassée. Le type qui a reçu la chaise sur la tête est dehors. Son nez est fracturé. Il est assis par terre, en train de vomir de la bière et du sang. Puis il se calme progressivement. Il regarde vers le ciel. La lune est claire ce soir. Heureux, il se souviendra toute sa vie de ce qu’il vient de voir. Endless Boogie Motherfucker !

( ♫) Endless Boogie – The Artemus Ward

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Mathieu

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *