Michel Cloup – J’ai peur de nous

3610152807333_600-tt-width-360-height-342-attachment_id-407119-crop-1

 

Ca commence par un riff joué à la guitare barytone. Elle vous prend à la gorge, comme ça, sans prévenir.

La rythmique est puissante. Elle vous tombe dessus comme une chape de plomb.

Le flux de paroles commence. Il y a tant à dire dans ces instants où il faudrait mieux ce taire.

Il y a des moments où l’on se revoit le briquet à la main, à renâcler de vieux souvenirs qui font du mal.

Le kérosène répandu, on imagine brûler nos bureaux, nos papiers. Ca et deux ou trois choses effrayantes.

La guitare barytone ne joue plus la même chose et la rythmique s’accélère.

« J’ai peur de nous / J’ai peur de nous … ».

On fait moins attention aux instruments. On se dit que le texte est assez beau.

On se dit qu’il faudra le relire un peu plus tard, quand le temps aurait fait son travail.

On pourra y lire les choses que l’on n’a pas entendues.

Les riffs de guitare sont un peu plus heavy. Il y a même un léger solo sur la fin.

La batterie cogne, elle martèle sa rythmique, encore et encore.

Je crois qu’il faudra y revenir, réécouter tout ça bien au calme, quand la panique aura disparu.

( ♫) Michel CloupJ’ai Peur De Nous

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Mathieu

4 thoughts on “Michel Cloup – J’ai peur de nous

  1. Salut Mathieu! J’ai mis longtemps à rentrer dans “Notre Silence” car le disque m’intimidait un peu, trop intimiste, et en même temps, je sentais que quelque chose d’important s’y jouait, un peu comme un renouement et en même temps, une avancée. Depuis, j’ai pleinement goûté, après avoir longtemps tourné autour, à l’espèce de sérennité qui se dégage du disque. Le nouveau single, fait quant à lui, la part belle à la guitare, mais avec dans le même temps, la permanence de cette écriture introspective, comme un moyen terme entre Expérience et Notre Silence. Moi j’y entends toujours cet espèce de slowcore heavy, un peu stoogien, comme la violence rentrée de Dirt sur Funhouse. Inutile de dire que je trépigne à l’idée d’entendre la suite…

    1. En entendant il y a aussi le dernier Mendelson dont les textes sont très beaux (mais peut être l’as-tu déjà écouté ?)

  2. Oui, je l’ai entendu mais mon avis reste un peu partagé… Je le trouve un poil trop monolithique à mon goût et je préfère quand il y a un peu plus de variété et de distanciation dans les albums du groupe. Ca reste en tout cas, très impressionnant.

  3. Le dernier Mendelson, qu’en penser ??? Un immense disque, c’est quasi sure ! Textes ultra virtuoses, littéraire, personnels et 100 % rock’n’roll…..du grand Art.
    Musique expérimentale, bruitiste et noisy, entre post rock, indie noise, dérives soniques…..Mais difficile à pénétrer. Un monolithe, tel “l’imprudence”, Diabologum ou Ferré.
    Une oeuvre qui fera surement date….et peut être en fin d’année lors des tops !!
    A +

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *