Heresy Of The Free Spirit et Damon & Naomi aux Voutes

Mardi 14 décembre, Je décide de braver le grand froid parisien pour me rendre aux Voutes où Damon & Naomi jouent ce soir. La dernière fois que j’y était allé, c’était pour voir Bridget St-John, et le Printemps s’approchait, j’en profitais pour profiter tranquillement du soleil printanier. Ce soir, avec l’hiver qui s’installe, je reste tard au boulot, avant de me rendre dans la salle de concert.

Je marche dans la nuit, au milieu des immeubles froids situés près de la Bibliothèque François Mitterand, avant de descendre au Frigo, cet espace communautaire qui fait office de résistance à tous les signes extérieurs de capitalisme déshumanisé qu’exhalent les installations qui nous entourent. Arrivé dans la salle, je m’installe tranquillement, à peine assis sur un siège Heresy Of The Free Spirit démarre son set. Che Chen et Robbie Lee arrivent calmement sur scène. Che Chen donne quelques coups de cymbales qui sont ensuite samplés et distordus à travers des pédales d’effet, puis on commence à entendre une sorte de drone saturé et chaotique, tandis que Robbie Lee joue quelques notes ave un étrange instrument à vent.

Au bout d’un moment, les drones chaotiques s’arrêtent et il ne reste plus que le souffle des énormes instruments à vent qu’utilisent Che Chen et Robbie Lee, dans le public nous avons déjà oublié toutes les tracasseries du quotidien et nous nous laissons progressivement absorber par cette musique prenante.

Mais tout ceci n’était que l’introduction, puisque Jozef Van Wissem entre ensuite sur scène, équipé d’un gigantesque luth. Il s’assoie au milieu et commence d’exécuter quelques phrases de guitare répétitives, du picking psychédélique et médiévale, tandis que Che Chen se met à jouer du violon et Robbie Lee l’accompagne avec un étrange orgue miniature … Ca dure comme ça pendant quarante-cinq minutes, et c’est de toute beauté, le trio installe une telle ambiance, des atmosphères absoluement envoutantes, que je finis par me sentir complètement déconnecter à la fin du set. A un moment Jozef Van Wissem utilise un bottleneck pour jouer de la guitare slide sur son luth et cela restera comme l’une des plus belles choses musicales que j’aurais vu en concert cette année …


HERESY OF THE FREE SPIRIT Paris Voutes dec2010

Pas vraiment envie de prendre un verre, alors j’erre du côté du stand d’Ali Fib, avant d’aller me rassoir, tandis que Damon & Naomi installent tranquillement leurs équipements, un clavier pour Naomi Yang et une guitare acoustique pour Damon Krukowski. Détendu, le duo démarre avec quelques chansons, toutes remplies d’une immense mélancolie, celle que l’on peu entendre sur la plupart de ces grands chanteurs folk des années 60 / 70. Si Damon va parfois chercher son inspiration du côté de Leonard Cohen, Naomi, elle reste encrée dans la dream-pop en jouant ainsi des notes assez psychédéliques avec son clavier. Lorsqu’elle chante, le temps semble s’arrêter, tant sa voix évoque celle de Judy Dyble, la chanteuse de Fairport Convention.

A un moment, Damon & Naomi reprennent l’immense Song To The Siren de Tim Buckley, leur interprétation est toujours aussi belle, faisant presque oublier celle de This Mortal Coil … A la fin de ce fabuleux éloge de la lenteur, je repars, content d’avoir enfin pu les voir sur scène, je quitte les Voutes dans le froid, tout en cherchant un taxi et en espérant que ce type de lieu existera encore longtemps à Paris …

Par Mathieu

One thought on “Heresy Of The Free Spirit et Damon & Naomi aux Voutes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *