Jim Yamouridis – No Age – Expo ‘70

Il venait de rentrer chez lui. Avant de s’asseoir sur son canapé, il avait débranché le téléphone, internet, portable, il avait fait en sorte qu’aucune interruption ne vienne le déranger. Il avait mis un disque sur la platine, cet instant fébrile où l’on pose le bras du tourne-disque sur le vinyle, quand on entend le diamand craqué sur les sillons puis les premières notes de musique. Alors il s’est posé au milieu de son salon et s’est laissé tranquillement porter par le chant grave et le jeu de guitare triste de Jim Yamouridis. Il sentait déjà comme une forme de relâchement …

( ♫ ) Jim Yamouridis – Ragged Or Whole

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

En ce moment j’aime bien écouter Fever Dreaming de No Age. Le genre de morceau totalement électrisant, que l’on passe à fond chez soi dans l’espoir sordide de gaver ses voisins avec du bruit, de la distorsion et des Power Chords, le genre de morceau qui vous rappelle votre folle jeunesse, à porter des chemises à carreau rouge et noir, à écouter du Sebadoh à fond dans le walkman, surtout la cassette qui contenait cette suite de morceaux compilés en écoutant Bernard Lenoir le soir. J’aime bien croire qu’il est encore possible en 2011 de composer un titre aussi parfait, avec juste quatre accords et beaucoup de fuzz …

( ♫ ) No Age – Fever Dreaming

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Un grand voyage se préparait dans la forêt. Quelques temps auparavent, elle ne savait plus trop où elle était. Pendant la nuit, le vent s’était levé, elle repensait aux improvisations à la basse et à la guitare d’Expo ’70. Qu’est-ce qu’elle faisait là, à une heure pareille ?… En marchant sur la boue, on pouvait glisser, tomber de haut et longtemps. Quels étaient ces bruits qui palpitent derrière les arbres et ces feuilles qui bougeaient dans le vent. « Do You Still Love Me … ». Et puis ça s’est arrêté, elle s’est alors avancé vers la lumière de la maison. C’était comment déjà le titre du morceau ? Building Celestial Tapestries.

( ♫ ) Expo ’70 – Building Celestial Tapestries

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *