Baxter Dury – Happy Soup

Chère Brit-pop, il est temps que je t’écrive ces quelques mots une bonne fois pour toute, oh oui, je sais, j’aurais préféré te le dire de vive voix, mais des fois ça passe mieux à l’écrit. Cela fait des années que tu ne m’intéresses plus. Voilà, c’est dit. Ouf ! Ca va mieux ! Pourtant ça partait bien, je me souviens, adolescent, j’aimais bien me passer cette vieille cassette des Beatles qui appartenait à mes parents, celle où il y avait « Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band », c’était la bonne époque, celle de l’innocence, même si je dois te l’avouer, je n’ai jamais vraiment aimé les Rolling Stones, c’était la musique de la jeunesse de ma mère, légitimement il fallait que j’aille voir ailleurs, que je cherche autre chose, je ne pouvais pas moi aussi adorer la musique de mes parents, qui eux n’ont jamais été vraiment fans des Beatles

Alors quoi après ? Ah oui, David Bowie, quelle classe, quels disques, même si j’ai toujours eu une préférence pour ces collaborations avec Eno, ceci dit j’avoue un peu honteusement avoir aussi bien aimé Tin Machine, c’est dire le respect que j’ai pour cet artiste qui a su s’arrêter au bon moment. Oui, « Reality » était quand même moins bon que « Heathen » qui lui même était en dessous de « Earthling » ou « Outside », mais quand même quelle discographie !

Et puis quoi ? Le punk du côté de l’Albion, ça se joue entre les Sex Pistols et les Clash, des premiers je garde quelques titres et beaucoup de vacarme tout autour que je trouve bien plus intéressant, tu sais toute cette histoire sur le Dadaisme ; des Clash je garde une certaine éthique, et j’ai toujours mes versions Cds labélisé « Nice Price » de « London Calling » et « Sandinista ». J’adore tout ce qui en a suivit, oui j’aime toujours ton post-punk, ta New Wave, ta pop des 80’s, ton Shoegazing, je t’aimais Brit-Pop quand tu sortais des disques de PiL, New Order, Felt, My Bloody Valentine, Ride, Bauhaus, House Of Love, les Smiths, sans oublier The Cure. Avec ces derniers je suis même allé jusqu’à garder « Wild Mood Swings », il traine encore fièrement dans la discothèque.

Mais voilà, je crois que c’est à partir de « Screamadelica » de Primal Scream que j’ai commencé à m’éloigner de toi. Suede ? Franchement la mèche sur le côté … Oasis ? J’ai acheté « (What’s the Story) Morning Glory ? » lors de sa sortie après avoir lu un article des Inrocks. J’ai revendu le disque deux semaines après et je me suis juré de ne plus jamais acheter un album sur la base d’un groupe qui fait la couverture des Inrocks. Blur ? Ouais j’aime bien Girls And Boys, Song 2 est sympa mais pour ce genre de son de guitare je préfère largement Pavement et Sebadoh, que Graham Coxon repompait à l’époque. Et on est d’accord Damon Albran est surtout un grand homme d’affaire …

Depuis ? Pas grand chose, à part bien sûr Radiohead et leur « Ok Computer » et « Kid A », mais au delà de ces deux albums je n’aime pas ce que fait ce groupe. Je n’ai jamais accroché sur les Arctic Monkeys, je n’ai pas compris les Libertines, et encore moins les Kooks, j’en ai oublié pleins d’autres apparus depuis 2001. Comme tu peux le voir sur mon blog, je préfère écouter en ce moment du drone ambiant et du noise psychédélique. Puis un soir j’ai posé l’oreille sur le « Happy Soup » de Baxter Dury. Alors oui, j’aimais déjà bien « Floorshow » et Happy Soup, c’est le genre de composition qui me redonne fois en toi, j’aime bien cette voix grave et cet accent cockney, la basse mélodique, la petite phrase en accords mineurs jouée à la guitare, le rythme décontracté, limite branleur, et puis ce chœur lointain … Ce soir j’ai juste envie d’écouter ce titre en boucle, comme pour mieux me rappeler tous ces moments que nous avons eu ensemble il y a si longtemps. « tatatadada dadada » …

( ♫ ) Baxter Dury – Happy Soup

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

5 thoughts on “Baxter Dury – Happy Soup

  1. C’est vrai il est sympa le rejeton Dury. Il a le mérite de me rappeler tous ces “lads” et oiseaux rares anglais, type Jarvis Cocker de Pulp (meilleur groupe brit-pop des 90’s?), Edwyn Collins, Merz ou même l’énergumène Stephen Jones du bien oublié Baby Bird.
    Un album sympa, honnête, juste un peu surnoté en ce moment. Peut-être pas le futur de la pop comme tu le laisses sous-entendre dans ton texte, relecture express du rock briton en 5 paragraphes, une gageure !
    À part ça, sans les Fab Four la pop n’existerait pas et Bowie est un prince irréel dont on raconte avec passion la légende … même si moi, grand fan devant l’éternel, j’avoue avoir du mal avec Tin Machine, donc bravo !
    Content de te relire au passage 🙂

  2. Quelle magnifique lettre ouverte à la pop anglaise. Je suis d’accord avec toi envers la Brit Pop de Oasis (je n’ai jamais supporté, ils ont tous pompé à The La’s et aux Stones Roses), Blur (ça dépend des titres), Suède (bof)…..Et les soi disant “rockeurs” de Libertines, Kooks…et bien d’autres, je n’ai jamais compris l’engouement pour eux des Inrocks.

    Mais Baxter Dury est un véritable génie. Comme tu l’as peut être lu sur mon blog, j’ai adoré “Happy Soup”. Et comme je n’avais pas écouté avant, j’ai découvert son first LP, le génialissime et psychédélique “Len Parrot’s Memorial Lift”.

    Bravo !!!!

  3. Cette lettre ouvert me rappelle que j’ai suivi le mouvement inverse. Je croyais détester le brit-rock et il est vrai que je n’écoute pas un tiers de la production anglaise qui me semble affligée de deux tares majeures: la gouaille et le dandysme. Mais dans les marges j’ai trouvé les Coral, les Last Shadow Puppets, les Wave Pictures (plus mineurs), je suis revenu sur Echo & the Bunnymen, sur les La’s (qui ne sont pas géniaux mais bon, There She Goes est quand même inoubliable) et même sur les Arctic Monkeys, dont je ne suis pourtant pas friands. Si on ajoute cet esprit totalement à part qui était celui, dans les nineties, de Radiohead, Pj Harvey, Portishead et Spiritualized, alors je crois que l’Angleterre a fini par me séduire. Baxter Dury fait partie de ceux qui y contribuent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *