Mac Demarco, No Age et Mount Kimbie au Pitchfork Music Festival

No Age au Pitchfork Music Festival

Jeudi 31 Octobre, j’arrive devant la grande Halle de la Villette pour le Pitchfork Music Festival. A la base, je voulais voir trois groupes (Mac Demarco, Deafheaven et Yo La Tengo), mais ils sont programmés trois soirs différents. Vu le prix de la place je me suis rabattu sur le jeudi, il y a aussi No Age et Mount Kimbie et j’ai bien aimé leurs derniers albums.

Pas de bol pour No Age, il m’a fallu une heure pour venir en métro et je loupe la moitié du set. Ca ne m’empêche de prendre mon pied en écoutant le mur du son totalement distordu mis à place par le duo. Quand j’arrive, ils jouent I Won’t Be Your Generator, le batteur s’est mis à la basse et ça donne une sorte d’inertie folle dans leurs compositions. Puis Dean Allen Spunt se remet derrière ses futs et ça repart de plus belle, on est pas loin de l’énergie de Japandroids. Le son vous écrase les tympans. On me raconte que Nathalie Kosciusko-Morizet, de passage au Pitchfork Music Festival, aurait fuit sous l’avalanche de décibels. Ce groupe est génial. No Age termine par l’immense Fever Dreaming où la guitare de Randy Randall est plus puissante que jamais. Je hoche la tête de plaisir et il me semble  bien que ce c’est l’un des plus grands moments de la soirée …

( ♫) No Age – Fever Dreaming (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Mac Demarco au Pitchfork Festival

Allez hop, on change de scène et on enchaine avec Mac Demarco qui déconne beaucoup ce soir (du moins plus que d’habitude). Ca démarre bien, les titres s’enchainent à la cool et le groupe raconte des blagues de temps en temps. Un immense sentiment de nonchalance s’installe doucement dans la salle. Mais au milieu du set j’ai soudainement l’intuition que Mac Demarco nous rejoue quasiment à l’identique son « Live At Russian Recording ». Impression confirmée lorsque le groupe nous ressort son Medley de reprise (Clapton, Limp Bizkit, Bachman-Turner Overdrive ou encore Paul McCartney). Je rigole un coup mais je trouve ça un peu moins spontané, c’est sûrement dû à l’ambiance assez froide du Pitchfork Music Festival. Allez, c’est pas grave Mac, la prochaine fois, quand tu repasseras au Point Ephémère ça sera mieux et on se marrera tous …

( ♫) Mac Demarco – Rock And Roll Night Club (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Mount Kimbie au Pitchfork Music Festival

Comme j’ai déjà vu Savages en concert, je pars faire le tour des lieux. Je navigue en plein hipsterland, outre le traditionnel stand merchs où l’on trouve des disques et des t-shirts, on peut aussi acheter des tote-bags hors de prix, voir une démo de la tablette Surface de Microsoft, acheter des casques audio high-tech, se couper les cheveux, se maquiller, se balader dans un marché de vêtements branchés, déguster du vins, manger de la french food et des french fries. Un peu étourdi par tout ce vide qui n’est pas loin d’égaler la vacuité des stands de Rock En Seine, je retourne voir le set Savages qui est bien meilleur et beaucoup plus sombre que celui qu’elles avaient joué à Rock En Seine.

Je bois un verre de Pinot noir – « I hate you Chardonnay » –  et je pars me mettre dans un coin pour profiter de la musique de Mount Kimbie. J’aime bien quand ils jouent Home Recording, qui, une fois sur scène, gagne plus en rythmique. A défaut d’être en liesse le public se met à danser. J’en profite pour prendre quelques photos et je remarque que le duo est accompagné d’un batteur et joue parfois d’une guitare pour donner plus de présence à leur musique électronique un brin fantomatique. Le meilleur moment du set fut leur version live de Made To Stray qui cogne un peu plus que sur album.

Je me dis qu’il faudrait que je reste pour voir si The Knife va venir avec une platine pour nous jouer son disque et danser. Mais une immense fatigue m’envahit, je finis la soirée en retrouvant ma compagne et une amie autour d’un verre et je rentre me coucher avec le dos en compote.

( ♫) Mount Kimbie – Made To Stray (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Texte, mauvaises photos et booltegs (effaçables sur demande) par Mathieu Gandin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *