The Waiting Room

tindersticks-couv

Le nouvel album de Tindersticks, « The Waiting Room », démarre sur un petit air de mélodica, quelques notes de clavier et une ligne de contrebasse, comme si c’était la bande-son d’un film français où l’on pourrait voir quelques images des rues désertes de Paris, ville blafarde au petit matin, légèrement éclairée par un soleil hivernal. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise d’apprendre que ce disque est accompagné de onze court-métrages qui viendront illustrer chaque titre, Claire Denis fait d’ailleurs partie du projet et c’est plutôt une bonne nouvelle. En ce qui me concerne, quelques images d’un ciel nuageux automnale me suffisent largement pour ressentir comme un frisson dans le dos à l’écoute du groupe de Stuart Staples et en particulier un titre comme This Fear Of Emptiness.

( ♫) Tindersticks – This Fear of Emptiness

L’ambiance se réchauffent progressivement à mesure que le disque avance. J’avoue difficilement retenir un petit déhanché à l’arrivée du quatrième titre, Help Yourself. On y entend des rythmiques équatoriennes, des trompettes, un peu de guitare syncopée, une basse omniprésente, quasiment slappée et Stuart Staples qui donne de la voix. Tout ça me fait un bien fou. Ca et aussi des titres un peu plus calmes et nostalgiques comme How He Entered et surtout Like Only Lovers Can. Comme si toutes les horreurs qui nous entourent depuis quelques temps déjà pouvaient soudainement se dissoudre délicatement dans ces mélodies hypnotiques et mélancoliques.

( ♫) Tindersticks – Help Yourself

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *