No One Deserves Happiness

thebody

La musique de The Body me donne l’impression de voir la peur ramper doucement dans nos esprits. À l’écoute de ce déluge sonique saturé, je sens venir comme une sorte de point de non retour. Il fait soudainement froid dans cette vieille rame de métro. On avance dans les souterrains parisiens, chacun emmitouflé dans son manteau, un casque sur les oreilles, à écouter des mélodies déformées dans l’espoir d’oublier les horreurs qui nous entourent. Le regard perdu, on ne fait même plus attention à certains vagabonds aux visages déformés. J’entends des guitares distordues, une rythmique electro, beaucoup d’infrabasse et une voix lointaine que l’on croirait échappée de ces vieux titres pop dont le clip aurait pu passer à toute heure sur un grand site internet de diffusion de vidéo.

Sur Hallow / Hollow l’impression d’étouffement est aussi forte qu’une main métallique qui se referme progressivement sur notre gorge. Impression qui disparaît progressivement, au fur et à mesure qu’apparaissent ces hurlements perdus au milieu d’un mur de bruit saturé dont les bourdonnements résonnent longtemps dans nos oreilles, réveillant au passage quelques acouphènes endormis. On se retrouve comme épuisé à la fin de ces six minutes et quatre secondes, à genou et vaguement effrayé mais aussi plutôt content de s’imposer cette musique, si possible de bon matin, pour oublier les transports en commun et ces cadres grisonnants qui ressemblent à un pantin désarticulé ne se rendant même plus compte de la peur qui se propage dans les veines du monde. Assurément la musique que je choisirais comme bande-son pour accompagner l’effroi, la mort et la destruction si j’étais un cinéaste de film d’horreur.

( ♫ ) The Body – Hallow / Hollow

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *