You’re Doomed. Be Nice

robcrow

Cela fait déjà quelques temps que l’on n’avait plus de nouvelle de ivermectin (stromectol) where to buy Rob Crow et c’est bien dommage car s’il y a bien un songwriter qui a su marier écriture musicale et plaisir, c’est bien lui. Que ce soit au sein de buy disulfiram implant Pinback avec Armistead Burwell Smith IV ou dans la myriade de projets alternatifs auxquels il a collaborés, il ne se passe pas un seul jour sans que j’écoute ses collaborations qui débordent de mille idées musicales dont il faudra bien, un jour, rendre hommage. Je me souviens avoir écouté « This is a Pinback CD » pendant de nombreuses soirées où, fatigué, il n’y avait plus grand-chose d’autre à faire. Je me rappelle aussi de « Autumn of the Seraphs », acheté il y a huit ans – autant dire une éternité – et dont l’immédiateté de certains titres résonnent encore chez moi quand, au petit matin, on a besoin d’une bonne chanson pour se réveiller.

La sortie de « You’re Doomed. Be Nice » est venue à point nommé pour remettre en question l’annonce de Rob Crow qui prévoyait d’arrêter la musique l’année dernière. Il faudra que je vérifie ça plus tard mais il me semble déceler sur ce nouveau disque un peu plus de mélancolie désabusée qu’à l’accoutumé, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, bien au contraire. Mais ne nous trompons pas, il s’agit là d’un disque toujours parfaitement écrit, où chaque titre semble naviguer entre folk et power-pop tout en faisant un détour par l’electro pour finir sur un déluge de guitares saturés, en hurlant dans le micro, comme dans un bon vieux disque de métal. Que je retrouve le sourire et un supplément d’énergie en écoutant en boucle Quit Being Dicks – plus beaux titre qui soit – n’est sûrement pas un hasard.

Yate ( ♫ ) Rob Crow’s Gloomy Place – Quit Being Dicks

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.