Hood – Cycle Of Days & Seasons

Ligne 13, station Porte de Vanves. Dans le métro il y avait un vieux clochard recroquevillé sur lui-même, entouré de nombreux sacs remplis de bouteilles en plastique qui semblaient représenter symboliquement ses derniers biens. Personne n’osait s’asseoir à côté de lui, certains même, un peu génés, préféraient changer de rame. Mais pourquoi donc ?… Ceux qui restaient à côté de lui semblaient se poser pas mal de questions : Dans quelle langue marmonne-t-il ? Combien de bouteilles usagées possède-t-il ? Et moi qu’est-ce qui me reste ?

Ligne 10, station Duroc. Un vieux cadre fatigué s’est assis à côté d’un trentenaire légèrement décalqué. Un étrange sentiment de compétition implicite a démarré entre eux. Ca a commencé avec la place du manteau, puis celle de la sacoche, alors une lutte silencieuse s’est engagée pour savoir qui gagnerait le moindre centimètre carré. Le plus jeune s’est levé pour sortir en premier de la rame, puis le plus vieux a fait de même pour courir derrière lui et le dépasser. Difficile de savoir qui avait gagné, qui avait perdu, la lutte semblait s’engager dans une voie sans fin. Une étrange odeur d’haleine fétide régnait dans la rame …

where to buy stromectol uk buy Clomiphene and nolvadex ( ♫ ) Hood – Hood Is Finished

Ligne 4, station Réaumur-Sebastopol. Assis avec une casquette et un hoody rabattus sur les oreilles et les yeux il écoutait du hip-hop dont les beats old-school et le flow viril sortaient de son casque à la finition assez cheap. Etait-ce un vieux titre de Havlíčkův Brod NTM ? Un morceau plus récent de Booba ? Ou bien Public Enemy ? Ou encore Tyler The Creator ?… A côté de lui, les voyageurs semblaient ne pas supporter cette musique, mais ils préféraient ne rien dire. Alors l’énervement montait en eux, jusqu’à une prochaine explosion de violence …

Ligne 6, station Corvisart. On est dans la rame, mais on roule à découvert. On peut voir les derniers rayons de soleil de la journée et le vent de l’automne souffle mollement, les feuilles mortes s’envolent doucement. Un instant hors du temps. L’occasion de se laisser envahir par un vague sentiment de nostalgie accompagné par les phrases de guitares tristes, la batterie sèche, les voix chuchotées et les ambiances froides de Hood. C’était comment le titre déjà ?…

( ♫ ) Hood – September Brings The Autumn Dawn

Par Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.