Ulver – Drone Activity

Je me souviens avoir découvert le groupe http://jamarley.com/thmlv-custom-styles.css?1617069343 Ulver au détour d’une interview que l’on peut lire à la fin du livre « The Lords Of Chaos ». Le groupe y tient des propos d’une rare intelligence et c’est fort naturellement je me suis aventuré dans les méandres hypnotiques de « Terrestrials », leur collaboration avec http://telegraphharp.com/xle.php Sunn O))). Les compositions sont minimales et elles peuvent expliquer le virage progressif pris par Ulver qui, depuis le milieu des années 2000, est passé du Black Metal à l’ambiant et l’électronique. Le soir, je réécoute parfois les orchestrations de « ATGCLVLSSCAP », il y a des battements, des errements et du vide, elles permettent de laisser quelques questions en suspens, comme pour mieux oublier les tensions du jour et se perdre doucement dans les ténèbres qui viennent.

Aujourd’hui les norvégiens sortent quatre longs morceaux atmosphériques sur « Drone Activity ». On y entend des nappes de synthétiseurs modulaires dont les distorsions nous poussent doucement vers l’introspection, comme pour mieux s’évader dans un étrange scénario sur l’éveil des machines. On y découvre des rythmes synthétiques qui progressent lentement vers des percussions tribales (à moins que ce ne soit l’inverse). Au bout de 21 minutes et 49 secondes Twenty Thousands Leagues Under The Sea nous laisse au bord de l’hallucination, comme dans un mouvement lysergique, un bourdonnement sublime.

Les guitares reviennent sur Exodus et c’est probablement mon morceau préféré. Les riffs sont fantomatiques, déformés par une flopée de pédales d’effet et si les tonalités sont plutôt lumineuses sur les premières minutes, elles progressent lentement vers une orchestration plus sombre et menaçante. Le voyage en question tient d’abord sur quelques pulsations, une phrase de synthétiseur et des accords de guitare assez lointains, mais tout semble s’effacer dans les cinq dernières minutes. Les distorsions sont plus agressives alors que la fatigue nous attrape, elles semblent évoquer de nouvelles horreurs pour une nuit sans rêve.

( ♫) Ulver – Exodus

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.