Year Of No Light, White Heat & Fleau au Trabendo

Samedi 15 Juin, New Noise fête ses quinze ans au Trabendo et j’essaie de me rappeler quand j’ai lu ce magazine pour la première fois. C’était il y a douze ans, avec le numéro 6. Les Melvins étaient en couverture, il y avait une interview de Lou Barlow pour une première reformation de Sebadoh avec Eric Gaffney – j’avais même pu les voir en concert à ce moment là – et Michel Cloup était encore dans Experience. Depuis le monde de la presse musical s’est effondré mais New Noise est toujours là. C’est, du moins, les dernières pensées relativement cohérentes qui traversent mon esprit avant de me perdre dans les bourdonnements labyrinthiques composés par Fléau dont je découvre le set en cours de route. Saluons ces synthétiseurs hypnotiques qu’il faudra écouter, encore et encore, lors de ces nuits d’insomnie où l’on imagine un ensemble de ruelles sombres pour quelques polars majestueux, à moins que ce ne soit d’effrayants films d’horreur.

C’est la seconde fois que je vois White Heat sur scène et malgré un démarrage assez conventionnel, beaucoup de riffs de guitare distordue passés aux filtres de quelques pédales de delay d’inspirations shoegazes, j’avoue que je passe un bon moment. Butch McKoy saute de partout sur scène et le set semble animé d’une énergie presque motorik avec un batteur dont la rythmique répétitive étire les morceaux sur la longueur, jusqu’à devenir presque psychédéliques. L’impression se confirme avec ces nappes de synthétiseurs dont les basses viennent peu à peu s’insinuer dans nos tympans fatigués. Je crois que j’enregistre leur morceau le plus calme.

( ♫) White Heat (Live)


Dès les premières notes, Year Of No Light s’impose sur l’idée du bruit. Deux batteurs frappent lentement sur leurs fûts avec la ferme intention de purger nos oreilles d’une rythmique pesante. Trois guitaristes se partagent de longs riffs qui portent en eux tous les malheurs du monde. Quoi de plus normal quand les morceaux sont composés d’une suite d’accords lourds et salvateurs. Le seul et unique bassiste n’oublie pas de marteler son instrument pour produire quelques fréquences profondes au milieu de toute cette performance électrique. Deux synthétiseurs sont là pour jouer plusieurs phrases mélodiques qui viennent se télescoper lorsque cette musique est en train de remplir l’espace de toute sa saturation. Pour le reste du concert, je me contente d’écouter cette musique intense, perdu dans ce précieux espace chthonien qui rentre en collision avec le monde moderne.

( ♫) Year Of No Light (Live)

Texte, enregistrements et mauvaises photos par Mathieu Gandin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.