Bill Callahan – Shepherd in a Sheepskin Vest

Parmi tout les titres composés par http://artedgeek.com/2010/04/07/socilcolle/ Bill Callahan sur son dernier album, j’avoue avoir été interpelé par The Ballad of the Hulk . La nostalgie n’a que trop rarement été l’apanage de l’auteur de Cold Blooded Old Times mais l’évocation du géant vert imaginé par Seroquel usa Stan Lee et http://erapa.co.uk/support.asp Jack Kirby était trop tentante. La chanson évoque-t-elle certaines bande-dessinées de la fin des années 70 ou du début des années 80, écrites par Bill Mantlo et dessinés par Sal BuscemaL’incroyable Hulk traverse le monde, que dis-je l’univers, à la rencontre d’une flopée de protagonistes tous plus étranges les uns que les autres ? Je l’imaginais un temps en ancien lecteur de comics mais on peut entendre au cours de la chanson un « In Those old Bill Bixby Days » et Bill se souvient surtout de la série télé qu’il devait regarder plus jeune. Cette authenticité fait une fois de plus plaisir à entendre de la part d’un songwriter qui n’a jamais été trop avare sur ce sujet.

« Well, after this next song we’ll get moving along », nous prévient Bill Callahan à la fin de l’intro. Elle démarre tranquillement avec quelques accords de guitare acoustique et une petite boite à rythme. Bill nous présente en chanson Ballad Of The Hulk avant de se lancer vraiment dans l’interprétation. Ca dure environ une minute et vingt-sept secondes, mais l’écriture semble si fluide, si détendue, que ça passe tout seul. Puis le morceau décolle, la contre-basse tient le tempo, les arpèges sont tendus, et quelques cordes discrètes viennent soutenir la mélodie. Bill Callahan termine tranquillement comme il l’avait démarré. Mais il y ajoute quelques interrogations en comparant son absence de colère à celle de Bruce Banner et le temps qui passe quand on reste éternellement sur la route.

Car Bill Callahan s’est posé depuis six ans. Il a eu le temps de se marier et d’avoir un enfant. Lui qui voulait un temps nous mettre en garde sur certains malheur de la vie avec sa musique (I Break Horses et ses lendemains difficiles, pour ne citer qu’un titre parmi tant d’autres) semble nous dire aujourd’hui que, finalement, avec de l’amour, on peut se relever de tout. Evidemment, « Shepherd in a Sheepskin Vest » sonne aujourd’hui comme un chef d’oeuvre et à ce jour, un tel disque est l’endroit le plus approprié pour y créer des souvenirs.

( ♫) Bill Callahan – The Ballad Of The Hulk

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.