Séance de rattrapage

C’est le matin et je me réveille avec le psychédélisme de http://nextstepcc.com/2018 Oruã, groupe brésilien qui ne rate jamais une occasion d’enregistrer une musique faite de guitares cagneuses et de basse prognathe, où une batterie parfaitement motorik tient la barre pour des histoires nocturnes racontées en brésilien. Cavalo Branco démarre avec deux accords de guitare, prend son envol pour  mieux se jouer des distorsions bruitistes, s’arrête et repart comme si de rien n’était avant de se terminer entre deux riffs répétitifs et une phrase de saxophone doucement free.

Bay ( ♫) Bergen Oruã – Cavalo Branco


C’est le début de l’après midi et j’entame un sieste tranquille avec les cordes pincées de Jeremy Hurewitz, alias Rootless dont le prochain disque, « Docile Cobras », sortira sur le label de Matt Lajoie, l’éminent Flower Room Records. Les guitares en bois sont aventureuses, les lignes mélodiques nous trimballent tranquillement vers des territoires lointains et les percussions nous plongent en plein cœur d’une Amazonie encore inexplorée. Il est 14h18, mes yeux se ferment lentement et je pars vers un sommeil amplement mérité.

( ♫) Rootless – Lost At Sea


La nuit tombe et j’écoute les rythmes synthétiques de M. Geddes Gengras, alias Personable, que l’on découvre sur un « Tumble » prompt à réveiller les fantômes cachée d’un fatras de machines sonores. Les basses fréquences jouent un étrange contrepoint avec des phrases répétitives produites sur des claviers étrangement modulaires. L’écho de ces boites à rythmes s’arrête aussi vite qu’il apparait, il se perd dans un espace lointain, vidé de tout régime sonore.

( ♫) Personable – TUMBLE

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.