Liars – The Apple Drop

La musique de buy you a drank lyrics Liars m’est revenue comme un étrange fantôme perdu dans les méandres des années 2010. Ça commence à remonter loin tout ça. Le dernier disque que j’ai écouté d’eux ? « Sisterword » ou « WIXIW » ? Je ne sais plus trop bien. Bref, c’est avec une légère appréhension que je me suis plongé dans « The Apple Drop », et bien figurez vous que c’est très bien tout ça. L’énergie foutraque du début – où les guitares s’emballent autant qu’elles se désaccordent – s’est lentement métamorphosée en une sorte de folie abstraite écrite sur ordinateur dans un tour de force magistrale.

« The Apple Drop » porte en lui tous les paradoxes de la musique composée sur ordinateur, donner les meilleurs outils permettant d’enregistrer une pop devenue trop propre pour nos oreilles fatiguées avant de se faire parasiter par la voix d’outre-tombe de buy priligy approval Angus Andrew. Chaque morceau ressemble à un espace d’échange entre les logiciels, quelques synthétiseurs, des musiciens qui auraient soudainement envie d’aller enregistrer dans un studio et l’écriture, certes apaisée, mais toujours aussi tordue du dernier membre d’origine du groupe. Que ce soit avec les orchestrations classieuses de Slow And Turn Inward ou les dérèglements électronique de My Pulse to Ponder, http://nitetrainband.com/?Itemid=29' Angus Andrew dirige cette musique en s’incarnant dans une version plus accessible de Mark E. Smith.

Avec Big Appetite le riff de guitare électrique s’étire comme jamais pour s’incruster définitivement dans notre cerveau. A chaque rupture rythmique le morceau semble partir vers une nouvelle direction musical, un nouveau thème mais le riff reste là. Une vocalise de Angus Andrew, une ligne de basse, une phrase mélodique au clavier, un break, un blip concassé, rien n’y fait, la guitare revient toujours irrémédiablement. Et puis, juste au moment où je commence à me dire que tout ceci ressemble à un immense morceau de bravoure, la musique s’arrête comme elle commence, sur une note qui résonne avant le fade out.

( ♫) Liars – Big Appetite

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.