LA Vampire & Zola Jesus – LA Vampire meets Zola Jesus

Je ne me rappelle plus comment j’en ai entendu parlé, je dois être noyé d’information. C’est le nom de Zola Jesus qui m’a tout d’abord frappé, je venais de découvrir son premier album qui me faisait penser à Cocteau Twins (donc j’aime beaucoup). Sa rencontre avec la chanteuse de Pocahaunted avait de quoi plaire sur le papier. On imagine très bien le résultat, comme une sorte de mix entre un chant gothique et des incursions noise-punk. Le disque est encore meilleur, comme si la collaboration entre Amanda Brown et Nika Roza Danilov avait dépassé la somme de chacune des parties. Difficile de savoir exactement pourquoi, toujours est-il que dès les premièrs instants j’ai aimé ce disque et je sais maintenant qu’il va me hanter pendant encore un bon moment.

La musique de LA Vampire & Zola Jesus avance comme une sorte de dub sombre, teinté de drone à la fois noisy et ambiant, les voix sont réverbérées avec une telle force qu’elles nous étourdissent, nous désorientent, nous emportent dans une espèce de vague psychédélique. In The Desert laisse place à quelques échos hérités du dub tandis qu’une guitare et un clavier lointains viennent nous apporter un peu de chaleur dans cette étrange voyage post-apocalyptique.

Et puis il y a Vous avec son énorme basse ainsi que sa rythmique puissante, qui n’est pas sans rappeler celle de Pink Room, un morceau de David Lynch. On peut l’entendre sur la BO de Twin Peaks, au moment où Laura Palmer part danser dans un bar, avant de se faire violemment tuer. Vous fait moins peur mais la puissance lysergique du morceau l’emporte sur le reste du disque, notamment avec ce traitement des voix qui est absoluement hypnotisant.

Plus loin, ça se termine avec No No No, une espèce de dubstep lent et gothique, ça file la chair de poule, surtout quand on écoute ce morceau tout seul à la maison, allongé sur le divan dans le noir. A la longue, Je crois bien que je suis devenu accro de ce disque qui donne envie d’écouter tous les disques du label Not Not Fun (Pocahaunted, Sun Araw entre autre).

( ♫ ) LA Vampire & Zola Jesus– Vous

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

6 thoughts on “LA Vampire & Zola Jesus – LA Vampire meets Zola Jesus

  1. Bien que j’ai lu ça et là moultes papiers sur ce disque, je ne l’ai pas écouté. Mais ildoit être bon car :
    1 Chanteuse de Pocahaunted
    2 Label Not Not Fun

    De plus, tu fais référence,pour le titre “Vous”, à David Lynch, MON cinéaste préféré de la terre entière, voir de la Galaxie. Et tu as raison, ce titre ressemble à ceux entendus dans certaines scènes. Lynch, c’est aussi Badalamenti pour la musique, énorme créateur “d’ambiances sonores”.
    David Lynch a aussi sorti un disque de blues urbains en 2003 sous le patronyme Blue Bob. Ce disque éponyme dégage une ambiance Lynchéene (pléonasme me diras-tu), glauque, puissante et métal. A découvrir si ce n’est déjà fait !

    En tout cas, très bon papier sur ce disque, un des meilleurs que j’ai lu (en toute sincérité).

    A + +

    1. Je l’ai acheté en MP3 sur Boomkat, mais il y a un exemplaire en vinyle chez Gibert, faut vite sauter dessus !!

      Sinon, oui j’ai le disque de David Lynch et John Neff, Blue Bob. J’aime pas tout, mais il y a de bons morceaux, notamment ceux que David Lynch a repris pour la BO Mulholland Drive.

      Pour Lynch, je suis bien évidemment fan de tous ces films (y compris Dune), même si je regrette un peu qu’il soit un peu trop en retrait des écrans de ciné en ce moment.

      1. Perso, le seul film de Lynch que j’aime “moins” est “Dune”.
        Sinon, “Eraserhead” a été un énorme choc esthétique et émotionnel la première fois que je l’ai vu, et même après ! Un véritable film punk.
        Puis “Blue Velvet” (avec le regretté D.Hopper), et “Twin Peaks” la série diffusée sur la cinquième chaine. LA matrice de toutes les futures séries bizarres. Et le film (plus mitigé).
        Sa palme d’or “Sailor et Lula”.

        Mais c’est “Lost Highway” qui m’a le plus scotché. Je l’ai vu 2 fois la même semaine au ciné à sa sortie, bien que j’aurais été incapable d’en résumer l’histoire (en + j’étais plus jeune, moins de connaissances et de pertinence d’analyses cinéphiles). Mais je “savais” que je “vivais” une expérience sensorielle unique. J’étais littéralement happé par les images, les plans, la musique et fasciné par sa mise en scène. J’ai acheté la K7 vidéo ensuite et je l’ai vu, revu, et revu…Un de mes films cultes !
        1999, le break zen pour le calme, linéaire et “normal” “Une histoire vraie”.

        2001, année de l’espace ? Non, année de “Mulholland Drive” : LE film qui pourrait synthétiser les années 00′, son deuxième chef d’œuvre. Envoutant, ensorcelant et fascinant, un objet filmique à la beauté plastique inouïe. Lynch y revisite le cinéma de l’âge d’or des studios, le fameux “American Dream”, les bas fonds de l’âme humaine et la psyché Americana !!!
        Post-moderne, avant garde mais aussi dans la lignée classique (par les genres abordés, typiquement américain). Et comme “Lost Highway”, un film en deux partie, Face A, Face B.
        9 ans plus tard, malgré les nombreuses analyses (beaucoup plus pertinentes que les miennes), TOUT n’a pas été dis. 9 ans plus tard, on en finit pas et on ne finira jamais de (re)découvrir toute sa beauté et ses innombrables mystères….

        2007 “Inland Empire”, retour à la case départ, à l’expérimentation d'”Eraserhead”. “Inland Empire”, c’est 10 % de “normalité” pour 90 % d’univers Lynchéen. Une œuvre d’une complexité totale mais encore une énorme expérience cinématographique.

        Et il tourne actuellement avec Marion Cotillard, à ce qu’il parait. A suivre…….

        Désolé de la place prise par ce commentaire mais quand je parle de Lynch, difficile de m’arrêter. Merci et à + !!!

        1. J’aime beaucoup Lost Highway, j’ai dû le voir 5/6 fois au cinéma lors de sa sortie. J’aime tous les paradoxes de ce film (sur lesquels beaucoup de gens se cassent les dents :-)) : Un personnage rentre dans une cellule de prison et le lendemain il y a quelqu’un d’autre dans la cellule en question, un homme-mystère tend un téléphone à quelqu’un pour lui passer un coup de fil, la fin c’est le début et le début c’est la fin …

          J’adore Eraserhead (quel choc quand je l’ai vu la première fois au ciné !!), la série Twin Peaks, Blue Velvet et Mulholland Drive aussi. J’aime un peu moins Elephant Man et Straight Story (mais ça reste de beaux films).

          Dune est raté en tant que blockbuster ou adaptation du bouquin, mais il est passionnant à regarder pour identifier toutes les tentatives de Lynch pour imposer sa vision au milieu de toutes ces contraintes.

          Par contre je n’ai jamais accroché sur Sailor et Lula, à part le personnage d’Harry Dean Stanton, le reste m’ennuie …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *