Route Du Rock – 13 Août 2010

On m’avait prévenu, « l’année dernière t’as eu de la chance avec le beau temps, parce que normalement il pleut toujours pour la Route Du Rock ». Mais en ce vendredi 13 août, le soleil est toujours avec nous. C’est la première journée de l’édition 2010 de la Route Du Rock et nous attendons tranquillement dans l’herbe que les portes du festival s’ouvrent. L’occasion de vérifier le programme qui nous attend : Dum Dum Girls, Owen Pallett, Yann Tiersen, Black Angels, Liars

En attendant que ça démarre on traine un peu sur le site, le temps de trouver quelques vinyles et de faire marcher les stands de Merchandising. Il fait beau et rapidement un son de guitare lointain se fait entendre, les Dum Dum Girls viennent d’entrer sur scène. Les guitares du groupe et la voix réverbérées de Dee Dee résonnent dans le Fort de St-Père. La Twee-Pop énergique, rock, féministe et saturée des Dum Dum Girls réussie plutôt bien son passage en live. Et quand elles ralentissent un peu le tempo, elles nous offrent alors le splendide Rest Of Your Life, grand moment de leur set, où elles trouvent presque là l’écriture sombre et électrique des Jesus And Mary Chain. Premier grand moment du festival, quoiqu’un peu court, mais pouvait-on faire autrement avec un album qui dure à peine une demi-heure ?

On croise des amis, des connaissances et des blogueurs, ça discute beaucoup sur Twitter. On s’assoie dans l’herbe pour manger un peu et Owen Pallett arrive seul sur scène. Son set est quasiment à l’identique de celui que j’ai pu voir lors du festival Villette Sonique en juin dernier. A la seule différence que son batteur est absent. Seul avec son violon, Owen Pallett s’autosample et ennuie pas mal. Le lyrisme de la musique du violoniste est toujours là, mais semble ne pas être très adaptée pour la dimension d’un festival et de la  grande scène du fort de St-Père. Bref, on baille et on attend devant le soleil couchant …

Yann Tiersen et ses quinze musiciens

Et puis Yann Tiersen arrive sur scène, accompagné d’une quinzaine de musiciens. Le breton prend le temps d’installer ses mélodies qui jouent toujours sur leur côté cinémascope et se permet quelques transitions plutôt bien amenées, comme capturer le public tout seul avec une mandoline, un violon ou un mélodica, avant d’envoyer un gros mur du son, puissant et électrique. Yann Tiersen et Dusty Lane Inc. font presque du post-rock, essaient de s’approcher de A Silver Mount Zion, mais souvent ça retombe dans l’ennui, malgré des guests de luxe comme Laetitia Shérif, Josh T. Pearson, Matt Elliot.

La nuit est tombée, il commence à faire froid, il y a du vent, et on s’assoie un peu. Le temps se couvre et ça promet pour demain … Heureusement, les Black Angels vont venir réchauffer tout ça. Le chanteur, un barbu planqué derrière sa casquette, a quand même la classe avec sa basse Hofner, celle dont le corps ressemble à un violon, tandis que le reste du groupe, cheveux longs et blousons de cuir, se fait plus mutique. Grosse guitare, de préférence avec beaucoup de fuzz, rythmique hypnotique –mention spéciale pour la batteuse – et chant habité évoquant parfois Jim Morrison sont là pour faire brûler nos oreilles. Et on en redemande tellement cette musique psychédélique, parfois hypnotique, passe plutôt bien en live. Deuxième bon moment de la soirée avec les Black Angels.

Et puis la fatigue nous tombe dessus, là, tout d’un coup, droit sur les épaules, la fatigue de la semaine, du trajet en train, de l’absence de café, du corps qui vieillit. On hésite à rentrer se coucher, mais on attend quand même pour voir les Liars, un groupe que j’ai vu en 2002 à ces débuts, lors du festival des Inrocks, et aujourd’hui c’est l’occasion de voir comment le groupe à évoluer sur scène. Visiblement Angus Andrew est toujours aussi barré et le public de St-Malo ne réagit pas forcément bien aux pauses arty du groupe. Peu importe, pour nous c’est le headbang sur Scissor, The Other Side Of Mt. Heart Attack, et Plaster Casts of Everything. Basse post-punk, guitare noisy, expérimentation au clavier, rythmes tribaux et surtout le grand numéro de n’importe quoi d’Angus (ses approches du public en français sont mémorables) seront pour nous le grand moment de cette première journée. Je me souviens en 2002, les Liars avaient joué l’ultime This Dust Makes That Mud, « Cette poussière qui fait de la boue », c’est dommage qu’on ne l’ai pas entendu, car ça aurait parfaitement introduit la deuxième journée du festival. En attendant bilan des grands moments de cette première journée : Dum Dum Girls et Liars. A suivre …

Texte et (mauvaises) photos par Mathieu

9 thoughts on “Route Du Rock – 13 Août 2010

  1. Je n’ai jamais eu l’occasion de faire ce mythique festival la prog’ très indé ! Je ne sais pas si tu es branché B.D car JC Menu dans “Lock groove 2” parle du mauvais temps à la route du rock. Cela donne un passage mémorable.

    Dum Dum Girls, Owen Pallett, Yann Tiersen, Black Angels, Liars, belle affiche pour cette first journée.
    Yann Tiersen évolue de façon surprenante, beaucoup plus rock qu’à ses débuts où je l’ai vu, post rock même ? Et avec de prestigieux invités !

    Vivement la suite de tes aventures festivalières……..

    A + +

    1. Oui, j’ai lu les deux volumes de Lock Groove de JC Menu (j’adore cet BD ainsi que la plupart des BD de cet auteur).

      Quand j’ai vu les prévisions météos, je me suis rappelé l’aventure de Menu à la Route Du Rock, et je me suis préparé en conséquence 😉 (kway isotherme et grosses chaussures) …

  2. J.C Menu est un immense auteur et de plus excellent éditeur avec L’Association ! Depuis septembre 2009, il est annoncé le Vol.3 de “Lock Groove”. Mais les Arlésiennes sont monnaie courante chez eux, alors patience.
    Menu a également publié 2 vol de ses “Lock Groove hors-les-murs” :
    -1- dans le fantastique “Rock Strips”, ouvrage collectif dirigé par Vincent Brunner (lui s’est emparé des Sex Pistols)
    -2- dans un autre ouvrage collectif consacré à Motorhead. Mais tu le sais peut être déjà.

    En matière de B.D rock’n’roll, je te conseille aussi l’excellent “Le petit livre rock” de Hervé Bourhis (n°2 de mon top BD 2008). Cette œuvre est devenu ma bible, le genre livre que j’aurais rêvé de créer si je savais suffisamment bien dessiner.

    1. J’ai lu aussi Rock Strips, je n’ai pas tout aimé mais le passage de Menu est bien (même si je le trouve moins bon que ceux des Lock Groove Comix).

      Après, si tu lis “Livret de Phamille” tu peux voir que le type est un peu chaotique dans la réalisation de ces BD 🙂 Mais j’ai bonne espoir pour le Lock Groove Vol 3 !!

      Sinon, je n’ai pas lu cette BD d’Hervé Bourhis. Toujours sur le sujet de la musique, il y a aussi l’excellent Total Jazz de Blutch. Grand dessinateur Blutch …

    1. Et non hélas, alors qu’on m’en a dit du grand bien. Seulement voilà, grosse fatigue après les Liars

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *