Swans – Holy Money

C’était le matin, il faisait froid, le vent soufflait sur sa figure, il venait de sortir de son appartement. Les gestes avaient été une fois de plus répétés, à l’identique du jour d’avant, le corps était endolori, et des coups semblaient encore résonner dans son crâne. Il ne se rendait plus compte qu’il exécutait toujours les mêmes les tâches dans le même ordre, d’abord le café, puis la douche, puis les vêtements, et enfin un valium avant de partir. Holy Money, Holy Money …

Il prenait toujours le même métro chaque matin, il n’y avait personne dedans, il était beaucoup trop tôt. Il pouvait partir à cette heure, de toute façon sa femme et son gosse l’avaient quitté parce qu’il n’était jamais là à cause de son travail. Le bruit du métro formait une sorte de rythmique répétitive qui semblait l’hypnotiser. Une trentaine de minutes plus tard – difficile à savoir exactement, il était souvent ailleurs pendant ce voyage –  il se retrouvait dans une autre banlieue, là un bus l’attend pour l’emmener sur son lieu de travail. Holy Money, Holy Money

Il y a un titre des Swans dont les rythmes répétitifs et l’ambiance indus symbolisent à chaque écoute une certaine forme d’aliénatation. C’est A Screw (Holy Money) que l’on peut entendre sur l’EP “Holy Money”, sorti en 1986. J’ai trouvé le vinyle un peu par hasard sur internet, on y entend une version particulièrement puissante de ce titre. La noirceur que crée alors Michael Gira est saisissante, ça prend littéralement à la gorge …

Comme tous les matins depuis six mois, son badge ne marchait plus, il se rendait alors à l’accueil pour téléphoner à son chef afin de rentrer dans les locaux. Ca durait en général une demi-heure, puis il retrouvait son bureau. Comme tout les matin quelqu’un avait débranché son ordinateur, il était obligé de tout remettre en marche et de trouver quelques choses à faire au milieu de ce local sans fenêtre. Comme tout les soir il repartait tard avec plein de documentations inutiles à finir, mais il fallait bien ça pour encore travailler, d’ailleurs il ne lui restait plus que ça. Holy Money, Holy Money

Comme tous les matins depuis six mois, son badge ne marche plus, il se rend à l’accueil pour avoir le bureau de son chef afin de rentrer dans les locaux. Mais cette fois-ci son chef accepte de le recevoir. La dernière fois il lui avait encore fait l’avait encore questionner, « qu’est-ce qu’on va faire pour vous, de toute façon on n’a plus de place pour vous, vous êtes mobile géographiquement ? ». Lui il n’écoutait plus. Holy Money, Holy Money

Mais aujourd’hui, c’est différent, il tient dans sa main un revolver. Tout à l’heure quelqu’un les retrouvera tous les deux morts dans le bureau.Il aura collé une balle en pleine tête de son supérieur hiérarchique, puis il se retournera l’arme contre lui même. Quand les premiers témoins arriveront dans le bureau, le sang se sera alors répandu sur tous les dossiers de reclassement qui trainaient sur le bureau de son chef. Holy Money, Holy Money

( ♫ ) Swans – A Screw (Holy Money) (MP3 enregistré à partir du vinyle trouvé sur le net)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu

3 thoughts on “Swans – Holy Money

  1. Ouah, quel titre à l’ambiance hypnotique et aliénante avec cette rythmique martelant ces beats robotiques et répétitifs !!
    Je comprends que si ce titre résume une vie, “métro-boulot-dodo”, on en arrive à des envies de suicide !!!

    1. Oui, c’était l’intention. Au début j’avais pensé à une usine, et puis j’ai réactualisé un peu le texte …
      Sinon, oui, pour le titre, j’ai été scotché dès sa première écoute, à fond sur la platine vinyle !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *