Supreme Dicks – The Unexamined Life

C’est juste aujourd’hui que je découvre les Supreme Dicks, dont les guitares parfois saturées, parfois désaccordées, parfois revêches, parfois plaintives me font regretter de ne pas avoir écouter ce groupe plus tôt. « The Unexamined Life », c’est le genre de disque que j’aurais aimé m’approprier le jour de sa sortie, mais ce n’était pas possible. Je crois qu’au début je n’ai pas voulu collectionner tous ces disques, c’est avec le temps que je me suis rendu compte que j’avais vraiment besoin de collecter avec une certaine minutie ces objets composés par des groupes esquintés, le genre de groupes capable d’écrire un titre aussi beau et épuisé que In A Sweet Song, le genre de titre que l’on retrouve en ouverture de « The Unexamined Life ».

( ♫ ) Supreme Dicks – In A Sweet Song

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Il y a cette petite phrase mélodique jouée sur une guitare acoustique qui me semble accordée approximativement, avec cette voix abattue, lointaine, tremblotante, qui ne s’affirme pas complètement, et c’est tant mieux. Et puis la batterie démarre, les guitares électriques s’énervent avec une légère distorsion, il y a toujours ce son de folk-rock lo-fi, c’est le moment où le morceau s’énerve avant de passer à The Arabian Song, qui navigue aussi dans les mêmes eaux. Des compositions dépressives et rachitiques mais si bonnes à écouter un soir de fatigue, complètement abattu, ou le matin aussi, j’avais fait ça une fois dans le métro, ça passait bien …

( ♫ ) Supreme Dicks – Jack-O-Lantern

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

J’imagine alors les Supreme Dicks sur scène, le chanteur a une guitare électrique, genre une Fender Mustang avec la peinture qui s’en va et quelques autocollants de certains labels par endroit. Le batteur est assis derrière ses fûts, il porte sûrement un t-shirt de Half Japanese et martelle une rythmique simple mais soutenu. Il y a un autre guitariste mais pas de bassiste, comme chez Beat Happening, sauf sur Strange SongLou Barlow, qui avait sorti, comme les  Supreme Dicks, ses disques de Sebadoh chez Homestead Records, et qui est venu poser une basse bien lourde, sur ses neuf minutes et quarante cinq secondes.

( ♫ ) Supreme Dicks – Strange Song 

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Et ça se finit donc sur un gigantesque passage noisy, un empilement de drones saturés, joués à la guitare et à la basse. Comme un moment où la déprime fatiguée semble laisser la place à la colère, celle qui pousse à sortir les notes les plus sales de sa guitare. Après, on ira se réécouter le très beau The Forest Song, avec ses cordes pincées, presque folk, et avec une guitare électrique sale, il y a toujours cette voix neurasthénique. On a presque l’impression que les Supreme Dicks jouent à côté de chez nous, dans le salon. Vu l’état de fatigue dans lequel je me trouve c’est le genre de titre que j’ai envie d’écouter encore et encore …

( ♫ ) Supreme Dicks – The Forest Song

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Par Mathieu


3 thoughts on “Supreme Dicks – The Unexamined Life

  1. Hello Mathieu,

    J’ai eu la chance de découvrir The Unexamined Life à sa sortie. C’était en 1993, il me semble. Belle époque où pop anglaise et noise core américaine (et l’inverse) rivalisaient de skeuds jouissifs.
    “Groupe esquinté”, “compositions dépressives et rachitiques”, “compositions dépressives et rachitiques” … on peut dire que ça donne envie !
    Blague à part, tu parles bien de cet album à part, où je perçois aussi la lumière aveuglante de sous bois que l’on voit sur la pochette.
    En ce moment je trie mes cd et en bazarde certains. Le seul album de Supreme Dicks (quel nom, quand même !) que je possède (et je n’ai jamais cherché à écouter autre chose d’eux) restera auprès de moi.

    Amicalement,

    Ludo

    1. Belle époque effectivement, beaucoup de choses découvertes et encore à découvrir, quelques CD achetés à l’époque et des cassettes de Lenoir remplies de morceaux lo-fi 😉

      >> “Groupe esquinté”, “compositions dépressives et rachitiques”, “compositions dépressives et rachitiques” … on peut dire que ça donne envie !

      C’est la fatigue qui m’a fait écrire ça, mais je trouvais que ça cadrait bien avec un groupe comme Supreme Dicks 😉

      au plaisir de te lire sur Pinkushion !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *