Mendelson, Zombie Zombie, Michael Rother et Jandek au Festival Villette Sonique

IMG_1839

Samedi 18 mai, je ne sais pas comment je me suis débrouillé pour arriver à l’heure à la Cité de la Musique. Après de nombreux changements métros je me rends compte que je viens de traverser tout Paris. Toujours est-il que ce soir, il y a Michael Rother et puis Zombie Zombie accompagné du Lune Argent Ensemble, un projet scénique constitué, entre autre, d’Emmanuelle Parrenin, Turzi, Joakim, Yaya Herman Dune, Flop, … L’affiche est superbe et l’occasion est trop belle pour être ratée.

IMG_1846

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai repensé à la récente réédition des « Bruits et Temps Analogues » de Patrick Vian et à tous ces disques psychédéliques français des années 70 quand j’ai reconnu Emmanuelle Parrenin sur scène, là, à jouer de la vielle à roue pour démarrer le set de Zombie Zombie. J’aime beaucoup leur dernier album, il s’éloigne doucement des compositions de John Carpenter pour rendre un bel hommage à Sun Ra, et l’emprunte hypnotique de certains morceaux résonne encore en moi après quelques temps. Sur scène, cette impression me semble décuplée, et pas seulement parce que je suis assis au premier rang. Sous la direction d’Etienne Jaumet et Cosmic Neman les musiciens multiplient les ambiances et étirent certains passages jusqu’à rendre leur musique presque prog. Même si ça perd un peu en dynamique parfois (pourtant il y a deux batteurs) le set de Zombie Zombie est d’une immense classe. Je me délecte de tout ça en me disant que le Lune Argent Ensemble est l’un des plus gros featurings qui existe par chez nous …

( ♫) Zombie Zombie – L’âge d’or (bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

J’ai quand même peur que ce soit moins bien avec Michael Rother, et cela même si je reste un grand fan de Neu! (je m’étais d’ailleurs réécouté « Neu!2 » et « Neu! 75 » pour l’occasion.) Bon, ça démarre pas mal, sur quelques titres je retrouve les ambiances et l’écriture des compositions de Neu! Mais peut être que je ne suis plus dans le truc ce soir, peut être que je commence à accuser le coup. Bref, je regarde le concert sans être vraiment dedans, alors je pars avant la fin. Tant pis pour moi même si j’enregistre de façon éhontée un bootleg avec mon téléphone …

( ♫) Michael Rother (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_1855

Jeudi 24 mai, je me suis planté d’arrêt de métro et je me perds toujours pour rejoindre le Cabaret Sauvage (heureusement je croise Philippe Dumez qui sait comment me remettre sur le droit chemin.) La journée a été rude au boulot et je me demande comment je vais finir la soirée ?…

A chaque fois que j’écoute un disque de Jandek, je commence toujours par avoir une sorte de rejet où je me dis qu’il faut vite passer à quelque chose de plus confortable. Et puis je persiste un peu et finalement j’éprouve comme un étrange sentiment de fascination qui me pousse à aller plus loin. Ce soir c’est un peu la même chose, Jandek improvise sur scène avec un tier du Lune Argent Ensemble, à savoir Emmanuelle Parrenin aux vocalises, Vincent Mougel à la basse et Dr. Schönberg à la batterie. Les musiciens cherchent un bout de mélodie, ça décolle par instant, ça fait du sur-place à d’autres moments. Jandek fait sortir d’étranges sons de sa guitare avec un peu de modulation, de distorsion et de delay. Le set est sur le fil du rasoir, on ne sait pas trop comment ça commence, ni comment quand ça s’arrête et malgré un état de fatigue qui a déjà dépassé certaines limites depuis trop longtemps, j’aime bien (d’ailleurs il me semble que je suis pas loin d’être le seul.)

( ♫) Jandek qui improvise avec Emmanuelle Parrenin, Vincent Mougel et Dr. Schönberg

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Que les personnes avec qui j’ai pu parler, ou que je devais voir ce soir là me pardonnent, mais je crois que j’ai vraiment voulu rester seul pour le set de Mendelson. A quoi bon finalement, même si après JandekMendelson c’est le pays de Candy (borgne.) Y a pas d’autre chose à faire, à part rester là. Assis sur l’une des chaises du Cabaret Sauvage, à écouter les textes de Pascal Bouaziz et les musiciens de Mendelson. A se reprendre en pleines figures La Force Quotidienne Du Mal et Ville Nouvelle. A se retrouver seul à retenir quelques larmes. A revoir ces moments qui font encore mal. A repenser à tous ces trucs dégueulasses qu’on a vu au boulot pendant que Pascal Bouaziz envoie la purée avec sa guitare. A revoir ces moments où je me déplaçais dans des villes de banlieues qui me sont depuis devenues insupportables. Surtout au moment où le guitariste change d’instrument et prend une basse. Je crois que ce sont ces titres là qui me chamboulent. J’y repense encore même si la sono du Cabaret Sauvage saturait. Il y avait aussi Pas D’autre Rêve avant le rappel. Il est beau ce titre, j’ai moins d’idées noires qui viennent quand je l’écoute. Ca doit venir de la petite mélodie à la basse vers la fin. J’aime bien les petites mélodies à la basse, vers la fin ça donne toujours une petite note optimiste. Pour le rappel c’est 1983 (Barbara). Y a toujours des souvenirs d’enfance qui reviennent quand j’écoute ce titre. Eh, mais que c’était beau tout ça ce soir. Il fait froid quand je ressors. Ouais, c’était bien. Voilà.

( ♫) Mendelson – La Force Quotidienne Du Mal (bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Texte, mauvaises photos et bootlegs (effaçables sur demande) par Mathieu Gandin

5 thoughts on “Mendelson, Zombie Zombie, Michael Rother et Jandek au Festival Villette Sonique

  1. Mazette, Emmanuelle Parennin, je ne l’ai pas reconnue. Suis arrivé un peu à la bourre et un peu…, mais ce que j’ai vu de la fin du set de Jandek ne m’a pas vraiment convaincu. En même temps, ce que j’ai vu n’était peut-être pas représentatif du set mais je trouvais la section rythmique un peu trop énergique pour Jandek et le fait d’avoir une voix française dessus assez curieux. Ce n’est pas vraiment un rejet puriste parce que je ne connais pas assez Jandek pour cela, mais je trouvais cet appareillage de musiciens un brin hétéroclite. Quant à Mendelson, j’avais très peur que ça ne fonctionne, le triple album et son dépouillement sur scène, mais ils s’en tirent très bien. Le hic, comme d’hab, c’est la sur sonorisation parce que ça ne saturait pas qu’un peu. Bouaziz qui n’est pas du genre à crier dans son micro faisait saturer le micro au moindre souffle. Du coup, on perdait pas mal de l’intelligibilité des paroles et sur le devant, c’était assez intenable. J’aime beaucoup ce dernier album car passé la noirceur de surface, qui peut rebuter ou paraître très complaisante à première ouïe, c’est beaucoup plus nuancé. Après, je ne suis pas trop convaincu par la plage extensive “les heures” du 2ieme disque, qui mouline pas mal alors que s’ils avaient scindé la plage en deux, ça fonctionnerait mieux. A titre de comparaison, je trouve “une seconde vie”, avec ses accents très monologue à la Françoise Lebrun, en un peu plus inquiétant (PB ne portait pas son effigie PIL en guise de T-shirt pour rien…), beaucoup plus équilibré dans le format. C’est suffisant. La “course” à la longueur et à la performance, beaucoup soulignée dans les critiques qui misent sur l’aspect performance du disque, n’est pas forcément une très bonne pub. En tout cas, c’était un beau concert mais j’aimerais quand même les revoir dans des conditions sonores un peu moins “brouillonnes”. Merci pour ton billet…

    1. Il est vrai que le son saturait beaucoup trop. Je m’étais assis dans le fond et ça passait mieux, les paroles étaient plus audibles.

    2. Hey !

      ravi de lire des propos qui ne soient pas qu’élogieux à propos du dernier mendelson. incroyables toutes ces chroniques écrites dans une dévotion quasi totale. et en plus il faut être au moins aussi sérieux que le disque dont on parle ! et bon ça, à vrai dire, le groupe n’y est pour rien. mais j’ai l’impression que ce manque de nuances ne lui rend pas justice finalement.
      le disque est loin d’être une croûte et mendelson est sans doute un groupe important (davantage que daft punk en tous cas) mais je ne suis qu’à moitié convaincu par ce disque. un peu l’impression d’écouter de la littérature sur fond de musique vaguement ambient-expérimentale. ça ne colle pas toujours. si j’ai envie de me gratiner des rachachonements (pas forcément péjoratif) sur le mode ‘la vie à l’os’, je me tournerai, par exemple, vers les auteurs que cite à l’envi bouaziz et pour la musique ‘expérimentale’ j’irai voir chez…(liste non exhaustive).
      un morceau comme ‘une autre histoire’ (chant ébauché/texte un peu plus ‘ambigu’ que le reste du disque) me dit que je suis passé à côté d’un grand disque comme l’a été pour moi (et l’est toujours) ‘quelque part’. ‘une seconde vie’ m’a effectivement attrapé moi aussi et les fameuses heures (à peine une en fait !) fonctionnent, selon moi, grâce au ressassement. si au début, on frôle la nausée, le tout s’élève finalement par l’accumulation. joli tour de force.
      finalement, et une fois n’est pas coutume, Télérama avait raison de parler de beau geste. c’est exactement ça et c’est déjà pas mal par les temps qui se traînent.

    1. Eh, merci pour ton billet !
      (Je ne comprends pas trop le fonctionnement des moteurs de recherche moi non plus, mais la seule chose que je vois venir de ce machin, c’est un certains favoritismes pour des sites marchands plein de pubs et, quelques rares fois, des sites comme les notres …)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *