Stephen Malkums, Warpaint, Cloud Nothings et plein d’autres à l’ineffable festival de Rock En Seine

IMG_0907Dimanche 24 Août, je m’étais dis que jamais, au grand jamais, je ne remettrais les pieds à St-Cloud pour le festival Rock En Seine et puis finalement non. Une soirée qui se libère et je change d’avis suite à l’annonce du concert du nouveau groupe de Thurston Moore. Pour ce dernier, le set s’avérera assez décevant. Pour le reste je m’en suis tenu à la même ligne de conduite, se satisfaire de peu et aller systématiquement voir le groupe avec les guitares les plus puissantes …

IMG_0884Inutile de revenir sur le caractère fort impersonnel de Rock en Seine tant l’évidence saute aux yeux dès les premières minutes où l’on s’aventure dans le domaine de St-Cloud. D’ailleurs, je ne cherche plus vraiment la cohérence dans une soirée qui programme à la fois Airbourne, Warpaint mais aussi du sous-Fauve comme Feu ! Chatterton (mais que l’on pende haut et court ceux qui ont découvert ce groupe bon sang !) J’avance au milieu des camions à burger et me voilà devant la grande scène à écouter Blood Red Shoes, un énième décalque des White Stripes ou des Black Keys première version. Pas de quoi crier au génie, ces chansons ne sont prétexte que pour placer un bon vieux riff joué avec trois accords et cogner très forts sur les futs d’une batterie. Je regarde trois titres et je change de scène. Il est 15h et je ne veux rien rater de Cloud Nothings.

( ♫) Blood Red Shoes sur la grande scène

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0890Il faudrait que je réécoute « Attack On Memory », mais Cloud Nothings ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable sur disque, même s’il y a sur certains morceaux un petit côté skate-core que je trouve pas désagréable du tout. Sur scène, le trio joue de façon beaucoup plus sale, la distorsion est de partout, la basse vous vrille les tympans, le batteur cogne très très vite et Dylan Baldi a un petit air de River Cuomo quand il hurle dans son micro. A un moment, ils jouent Stay Useless et c’est le premier grand moment de cette journée. Je souris et je reste jusqu’à la fin, j’attends un rappel, mais non voyons, on est en festival, il faut enchaîner avec d’autres groupes. Alors j’enchaîne avec Airbourne.

( ♫) Cloud Nothings – Stay Useless (Bootleg bruyant)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0896Pendant un instant j’ai l’impression de me retrouver à Hellfest. Quand j’arrive à deux pas de la scène Airbourne en profite pour soigner son intro avec le générique de Terminator 2 en fond sonore. Pour la suite, je ne peux pas vous en dire plus, mon cerveau ne fonctionnait plus, mais je me souviens avoir bien rigolé quand le chanteur s’est cassé une canette de bière sur la tête ou quand il est allé jouer de la guitare au milieu du public, assis sur les épaules d’un roadie. J’ai vraiment passé un bon moment à regarder AC-DC, aheu pardon Airbourne … Je pars avant la fin, quand il y a la grosse sirène d’alarme, j’ai l’impression qu’un avion va venir nous bombarder et je ne veux pas rater les filles de Warpaint.

( ♫) Airbourne (c’est dommage, le chanteur n’a pas grimpé sur les amplis)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0900Le soleil se couvre un peu et c’est tant mieux pour Warpaint, qui semble aujourd’hui à mi-chemin entre les inspirations pluvieuses de Cocteau Twins et les lendemains de soirées californiennes, où l’on erre déprimé sur la plage … Au bout de trois titres elles nous encouragent à être moins timides pour danser puis elles enchainent avec Love Is To Die, les voix sont précieuses, la basse est généreuse, la batterie est précise et les guitares sont gavées de delay. Ce titre restera assurément comme le second grand moment de ce festival. Je reste jusqu’au bout mais je ne sais pas quoi aller voir après, c’est le moment de prendre un burger (très cher) et de boire un verre de vin en écoutant Brody Dalle hurler.

( ♫) Warpaint – Love Is To Die (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0915Pendant quarante-cinq minutes Brody Dalle hurle et je ne sais pas pourquoi, mais je regarde ça jusqu’au bout.

( ♫) Brody Dalle qui hurle sur scène

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0927Cela fait déjà quelques semaines que Thurston Moore a annoncé la sortie d’un prochain album enregistré avec Debbie Googe, Steve Shelley et James Sedwards et j’avoue avoir éprouvé un mélange d’attente et de curiosité à l’idée de les voir sur scène. Sans surprise ça sonne comme du Sonic Youth en un peu moins bien et le groupe n’est pas encore complètement rodé (Thurston garde encore un pense-bête pour ses textes, James casse une corde et Steve perd ses baguettes). Un peu déçu, je me dis qu’il faudra revoir tout ça quand l’album sortira …

( ♫) Thurston Moore, Debbie Googe, Steve Shelley & James Sedwards (en attendant l’album)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_0933Je reviens vers la grande scène, je tiens devant deux titres de Lana Del Rey avant de prendre mes jambes à mon cou pour aller voir le blues malien de Tinariwen qui remporte de loin le titre du groupe le plus généreux de cette journée et d’ailleurs je loupe le début du set de Stephen Malkmus & The Jicks. Il faudra que je revois Malkmus dans une salle parisienne, mais les titres de « Wig Out At Jagbags » passe vraiment très très bien en live et je me surprends même à fredonner « We grew up listening to the music from the best decade ever » sur Lariat, ce qui restera comme le troisième grand moment de cette journée.

Epuisé, je quitte le parc de St-Cloud après que Queen Of The Stone Age ait expédiée cinq minutes après son arrivée une version à la va comme je te pousse de No One Knows

( ♫) Stephen Malkmus & The Jicks – Lariat (Bootleg)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Textes, bootlegs et mauvaises photos par Mathieu Gandin

4 thoughts on “Stephen Malkums, Warpaint, Cloud Nothings et plein d’autres à l’ineffable festival de Rock En Seine

  1. Rassure-toi, le chanteur d’Airbourne est bien monté sur les amplis après que tu fus parti voir Warpaint. Ce qui valut à un moment d’avoir deux (2) mosh pits tournoyants, un de chaque côté de l’avant-scène. Airbourne, l’archétype du groupe très con, mais distrayant. Spinal Tap en vrai.

  2. hello,

    merci pour cet article . Je me demandais si il existait le concert intégral de thurston moore en bootleg… ?

    Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *