Yo La Tengo à la Cigale, Calvin Johnson et Arlt à l’Espace en cours

IMG_1867

Vendredi 23 Octobre, je quitte le boulot assez tôt pour ne pas louper Yo La Tengo qui démarre en avance ce soir. Le groupe a l’habitude de jouer la première et la deuxième partie. La Cigale est pleine quand j’arrive et on va devoir tous s’assoir (j’opère un repli stratégique vers le premier rang). Suivront plus de deux heures plutôt tranquilles, entièrement acoustiques à l’exception des phrases électrique magnifiquement jouées par  David Schramm. J’oublie doucement une partie des soucis de la semaine à l’écoute de certains titres bien country issus de « Fakebook » et « Stuff Like That There ». Georgia Hubley tient le groupe avec aplomb et sa voix est toujours aussi belle sur Dreaming. Ira Kaplan me semble un peu moins perdu dans sa guitare électrique, il m’a l’air un peu plus détendu aussi. Il y a même un entracte mais j’en oublie de prendre un verre de vin.

( ♫) Yo La Tengo – Pass The Hatchet, I Think I’m Goodkind (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_1880

Beaucoup de reprise pour la deuxième partie, mais aussi pas mal de vieux titres en mode greatest hits. J’avoue avoir un faible pour ces versions acoustiques de Pass the hatchet, I Think I’m goodkind, Ohm et aussi Big Day Out. Il faudra deux rappels avant que la Cigale ne nous pousse vers la sortie à 22h30. On retrouve Ira Kaplan au stand merch où il me semble qu’il dédicace quelques posters. Dans les rues de Pigalle je repense à cette immense version de Speeding Motorcycle et je crois qu’elle ne me quittera pas du weekend …

( ♫) Yo La Tengo – Big Day Out (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_1889

Samedi 24 Octobre, la ligne 6 remonte jusqu’à Nation et j’observe dans la nuit les immeubles du treizième arrondissement en écoutant Boduf Songs. Je crois que je suis très fatigué et cela même après avoir bu un café au comptoir parce que je suis arrivé un quart d’heure en avance à l’Espace en cours. Calvin Johnson et Arlt y jouent ce soir, au plus près du public, dans un endroit où les tapis et la lumière sont inimitables. Je ne reviendrai pas sur « Deableries », le très bel album d’Arlt (mais tout aussi beau que « Feu la figure ») d’autant plus que j’en suis déjà à mon troisième concert du trio et, ma foi, ça passe toujours aussi bien.

( ♫) Arlt – Grande Fille (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Les titres joués parcourent en diagonale les quatre disques d’Arlt. Je ne m’ennuie pas une seconde même si je garde une petite préférence pour La Rouille, Tu m’as encore crevé un cheval et surtout Grande Fille entendu ici ou là depuis quelques temps. Les vocalises, les syncopes, les effets électriques, tout cela vaut bien un verre de vin.

( ♫) Arlt – La Rouille (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

IMG_1902

Point de micro pour Calvin Johnson et surtout pas d’ambiances feutrées, le set doit être le plus simple possible, les lumières restent allumées, avec juste une guitare en nylon et la voix qui descend souvent dans les barytons. Nous entendons beaucoup de versions acoustiques des Hive Dwellers, elles sont toutes jouées sur le fil du rasoir, avec une classe au dessus tout, et cela même si la prise de risque n’est parfois pas toujours payante. D’ailleurs qui pourrait résister à cette reprise de Diamonds are forever ou cette séance de slam/spoken words où Calvin nous déclare que son existence est dédiée aux rimes.

( ♫) Calvin Johnson – Baby Be Mine (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Il est minuit, point de rappel pour Calvin. Je me retrouve dans la rue. Il n’y a plus personne. Cette étrange version d’Apple To The Core et les accords de sol et de ré que l’on entend que sur Drive Me Good And Crazy résonnent encore dans mon crâne quand je m’écroule sur mon lit …

( ♫) Calvin Johnson – Apple To The Core (live)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Texte, Bootlegs et mauvaises photos par Mathieu Gandin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *