Heron Oblivion

HeronOblivionLes jours s’enchainent inlassablement et il se passe toujours un moment où je me retrouve en début de soirée avec la fatigue qui bat son plein et l’envie de réécouter le dernier disque d’ neurontinonlinonoprescriptions Heron Oblivion. On y entend des guitares gavées de fuzz qui semblent partir dans une espèce de jam psychédélique totalement free et acide. La basse et la batterie nous jouent une rythmique en béton armé et je pourrais presque me passer en boucle ce tatapoum lancé tranquillement avec l’intention de faire trembler les murs. Que l’on retrouve des musiciens de http://lauraeperjesi.co.uk/family-portrait-photography-cheltenham-2/ Comets on Fire au milieu de ces intenses compositions ne me surprend guère et la voix de Meg Baird – Jusqu’à aujourd’hui je n’avais pas écouté de disque d’elle depuis « Dear Companion » et je découvre aussi qu’elle officie derrière la grosse caisse – est l’une des plus belles choses enregistrées depuis quelques temps.

La musique d’Heron Oblivion me rappelle un peu le folk hallucinatoire de Fairport Convention mais aussi la country rêche et électrique du Crazy Horse. C’est d’ailleurs avec le dernier morceau, Your Hollows, que l’on achève se perdre dans cet immense blues crépusculaire dont l’étrangeté ne semble pas disparaître au fur et à mesure des écoutes. Le titre en question se termine sur un immense mur sonore totalement distordu dont le bourdonnement massif ressemble indéniablement à un éblouissement audio pour oreilles curieuses qui n’auraient pas complètement gâchées leurs jeunesses soniques.

http://mangos-falmouth.co.uk/product-category/vinyl/ ( ♫) Heron Oblivion – Your Hollows

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.