Grails – Chalice Hymnal

Chalice Hymnal démarre avec l’étrange impression d’entendre un morceau issu de la séquence d’ouverture d’un polar des années 80 aux images assez léchées. Extérieur nuit, vue plongeante sur Los Angeles, les lumières sont allumées, l’hélicoptère sillonne la ville, il remonte vers Downtown alors qu’une nappe de synthétiseur appuie doucement le travelling avant. Plus loin, Pehlam démarre sur une rythmique répétitive avant de laisser la place à une effusion guitaristique à base de parcours éhontées de la gamme pentatonique majeure. Arrive ensuite Empty Chamber avec ses synthétiseurs pluvieux qui me rappellent parfois les meilleurs moments de Vangelis dans Blade Runner. Point de cynisme de ma part ici, je dois une partie de ma culture cinématographique au visionnage à répétition de série B en VHS et leur musique fait dorénavant partie de ces mélodies qui trainent dans un coin de mon cerveau.

Il faut attendre New Prague pour être emporté dans un déluge de distorsion, où la basse multiplie les lignes grasses et les guitares nous noient avec des phrases efficaces, entre solos qui transpirent, riffs saturés et modulations qui font whawha. La batterie est assez lourde – Emil Amos est quand même le batteur de Om – et les synthétiseurs sont planqués loin de le mix mais ils savent apporter ce léger bourdonnement moderne. De Grails, j’avoue en être resté à leur Reincarnation Blues – 2008 déjà, l’intro était parfaite avec ces instruments traditionnels asiatiques joués façon Sun City Girls ainsi que son avalanche de guitares plutôt doom – mais là faut reconnaître que leurs aventures dans le rock progressif tournent en boucle chez moi depuis déjà quelques semaines.

( ♫) Grails – New Prague

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *