Lou Barlow – Emoh

lou barlow - emoh

Je me souviens bien de cet album de Lou Barlow. Je l’ai acheté juste avant la naissance de ma fille. Et je peux vous assurer que j’écoutais encore ce disque en boucle, trois mois après son arrivée. Il y a sur « Emoh » quelques ballades apaisantes qui font toujours du bien à entendre, surtout dans des moments où, fatigué et épuisé, on se rassure sur le fait qu’il n’y a, enfin, plus rien à faire. Je le réécoute aujourd’hui en me disant qu’ « Emoh » est toujours aussi immense, en prenant soudainement conscience du temps qui vient de passer …

Wenchi buy clomid online with fast shipping ( ♫ ) Lou Barlow – Legendary

J’aime bien Legendary. Le texte est une fois de plus une de ces déclarations auto-dépressives un peu looser dont Lou Barlow a le secret.           Il y a toujours ces trois / quatre accords joués sur une guitare folk – pour une fois bien accordée – ceux que l’on a tant écoutés sur les disques de Sentridoh, ou encore sur certains titres de Sebadoh, comme Think (Let Tomorow Be) ou Spoiled. Sur Legendary c’est plus posé, plus apaisé aussi. Il y a Imaad Wasif qui l’accompagne avec une autre guitare. Et puis au milieu du titre on entend une boite à rythme et une basse. Ca décolle tout seul, comme ça. A chaque fois que j’écoute ce titre je reste scotché par le songwriting de order clomid from mexico Lou  Barlow qui possède là l’un des rares talents d’écriture, celui de savoir bien conclure une chanson.

( ♫ ) Lou Barlow – Round-N-Round

Bon, il y a aussi des choses un peu plus drôles sur ce disque, comme une reprise de Round-n-round de Ratt, un obscur groupe de heavy-metal des années 80. La version de Lou Barlow  frôle le génie de Mark Kozelek, sauf que même Kozelek n’oserait pas reprendre Ratt (quoique) Il y a aussi Mary, une interprétation potache et psychédélique sur l’immaculée conception. A l’époque je trouvais ce titre un peu mollasson, mais aujourd’hui, alors que des crétins cul-bénis manifestent derrière Christine Boutin, il me semble plus que nécessaire de le faire tourner en boucle, histoire de se rappeler qu’en 2005, nous n’étions pas autant engagés dans les voies de l’obscurantisme. Et pourtant, 2005, ce n’est pas si loin de nous …

( ♫ ) Lou Barlow – Mary

Et puis mine de rien, Lou Barlow termine son disque avec une chanson sur ses chats, The Ballad Of Daykitty. Avant Lou Barlow écrivait des textes pour se trouver une copine, mais à un âge plus avancé, alors qu’il venait de devenir papa, il préfère nous parler de ses chats. Le génie du songwriting de Lou Barlow prend ici toute sa splendeur et je me surprends toujours à vouloir en faire une reprise à la guitare folk

( ♫ ) Lou Barlow – The Ballad Of Daykitty

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.