From Sleep

HEADsleep

Les notes de piano s’évanouissent doucement avec l’arrivée de la nuit. La fatigue est là depuis tellement longtemps que nos oreilles ne peuvent plus écouter que ces derniers bourdonnements joués avec l’intention de se caler sur le rythme de notre sommeil, sauf que l’on ne dort toujours pas. Malgré les nuages, on peut distinguer quelques infimes portions d’espace dans le ciel. Même si on ne voit pas grand chose finalement, cette musique procure ce qu’il faut d’envoutement pour céder lentement vers la narcolepsie. Je n’ai écouté que des extraits des huit heures de musique ambiante composée par Max Richter mais Space 11 et Space 21 sont indéniablement les plus belles mélodies minimalistes que j’ai pues entendre dernièrement.

http://cowmanauction.com/wp-content/cgialfa ( ♫) Max Richter – Space 11 (Invisible Pages Over)

[audio:http://randomsongs.org/audio/mri/Space11.mp3]

Par moment, on entend juste deux ou trois nappes ambiantes et il n’en faut pas plus pour apprécier « From Sleep ». Je me souviens avoir découvert Max Richter avec November – dont l’emphase peut se révéler épuisante à la longue, et cela malgré une petite phrase de piano que l’on peut entendre à quelques moments clés de la série http://busingers.ca/by-request/ The neurontin 300 mg capsule cost Leftovers – et je ne m’attendais pas à des compositions aussi hypnotisantes. Ce n’est sûrement pas un hasard si j’écoute en boucle cette musique alors que la fatigue est à son comble et que je ne serais pas contre une grosse pause.

( ♫) Max Richter – Space 21 (Petrichor)

[audio:http://randomsongs.org/audio/mri/Space21.mp3]

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.