Michel Cloup – Pascal Bouaziz – Julien Rufié – A la ligne – Chansons d’usine

Par le plus grand des hasards j’attaque l’écoute du dernier disque de Michel Cloup et Pascal Bouaziz – une adaptation musicale de « A La Ligne », l’oeuvre de Joseph Ponthus – pendant ma dernière semaine de travail avant les vacances. Une étrange impression, alors que je reste quasi-exclusivement chez moi, devant mon ordinateur, à écrire des lignes et des lignes de code tout en alignant les réunions à distance avec mes collègues. Mais il y a toujours chez Michel Cloup et Pascal Bouaziz une écriture qui réveille chez moi quelques souvenirs, pas vraiment de la nostalgie mais des bribes mémorielles que je croyais avoir oubliées. L’usine donc, pour moi c’était avant tout ce stage ouvrier et quelques boulots étudiants exécutés en été. Pas grand chose en comparaison du quotidien des conserveries de poisson et des abattoirs, mais ce fut ma porte d’entrée dans ce disque.

Il y a la répétition des mots, des rythmes, des lignes de guitare, comme pour mieux capturer les gestes des ouvriers, les mécaniques de machines, les chaines de production. Il y a ces trois morceaux dédiés aux abattoirs – un catharsis déjà abordé par Pascal Bouaziz avec Bruit Noir – une retranscription effrayante des textes de Joseph Ponthus. On repense à ces moments d’introspection avant d’attaquer le travail entendus sur La Lumière des Néons. C’est la fin de journée avec Pok Pok et on ramène le boulot chez soi. Impossible de se débarrasser de ces rêves d’usine avec La nuit et Cauchemars. Un arrangement musical qui vous plonge, avec le plus grand des respects qui soit, dans la vie de ces ouvriers.

Et puis, entre deux titres sur les découpages des bœufs, on découvre Penser à Autre Chose. Le titre est plus calme, presque pop dans sa montée vers les aiguës à la guitare. Il retranscrit pour moi quelque quelque chose d’essentiel dans le rapport que peut avoir la musique avec le travail. Un échappatoire, une mélodie pour tenir le coup, une composition qui magnifierait n’importe quel moment passer à l’usine, dans les bureaux, en entrepôt, dans un magasin, et que sais-je encore. Un morceau qui fait du bien au milieu de toute cette violence mécanique.

( ♫) Michel Cloup – Pascal Bouaziz – Julien Rufié  – Penser à autre chose

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.