Bruit Noir – IV/III

Mercredi 25 Octobre, une batterie trône sur la scène du Petit Bain. A côté, des samplers sont posés là négligemment et can i buy gabapentin in spain Pascal Bouaziz hurle dans son micro « Mais ferme ta gueuuuuule ! » à s’en déchirer les poumons. unshrinkingly Jean-Michel Pires frappe sur les futs de sa batterie comme d’autres tirent à la mitraillette. Le bassiste d’ Oiseaux-Tempête arrive à la fin et semble animé par la volonté d’en terminer une bonne fois pour toute avec Peter Hook. La bile est versée, les idées noires sont racontées dans un mélange d’angoisse et d’humour lucide. Bruit Noir lui même refuse d’y croire mais on aime quand même ça. Se faire malmener, puis tout d’un coup l’horreur et une chose que l’on avait perdue de vue depuis longtemps, l’humanité.

J’ai découvert le disque à petites doses pour garder le bourre-pif intact. Je réécoute Coup d’état, non sans autodérision, à chaque fois qu’on vient me gaver avec un nouveau disque pourri de vieilles légendes du punk, ou le dernier Rolling Stones, interview de Rock ‘n’ Folk à l’appui, magazine qui vieillit plus vite que ces vieux exemplaires qui sentent la cave et que l’on trouve à la pelle chez les bouquinistes. Chanteur Engagé, pas la peine d’en dire plus que Pascal Bouaziz, « C’est de la merde ». Et puis Le Visiteur touche d’humanisme salvatrice. On évitera de chantonner les paroles par décence, par pudeur, surtout quand on écrit ces quelques mots planqué derrière l’écran de son ordinateur portable.

Je suis reparti du Petit Bain un peu fatigué. Le concert m’a épuisé, c’est probablement l’âge. J’ai repensé au morceau Calme Ta Joie que je trouve, paradoxalement, presque optimiste. C’est probablement parce qu’on peut le prendre comme un appel à la clairvoyance dans un monde qui part on ne sait plus trop bien où depuis 45 ans. Les bonnes choses ne durent qu’un temps, c’était nos grand-mères qui disaient ça avant, pour qu’on ne soit pas trop déçu par la tournure que prenne les choses avec le temps. C’est le tour de Bruit Noir aujourd’hui. Abstract Hip Hop contaminé pour survivre dans les méandres de l’horreur humaine, c’est pas mal ça, on va en rester là.

( ?) Bruit Noir – Calme Ta Joie

Mathieu

2 thoughts on “Bruit Noir – IV/III

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.