I’m Beginning To See The Light

velvet-underground2nico

Ca a commencé sur un malentendu. Je me souviens, j’étais en seconde, j’avais copié sur une K7 la BO du film sur les Doors. Au milieu de la biographie boursouflée de Jim Morrison, Oliver Stone avait tourné une scène qui se déroule à la Factory, on y voit Val Kilmer se taper une actrice qui joue Nico. On y entend Heroin. Le titre du Velvet Underground qui s’est bien évidemment retrouvé sur la BO. Sauf que quand j’ai recopié le disque (qui appartenait à ma sœur) je n’ai pas noté le nom des groupes et j’ai cru pendant quelques temps que Heroin avait été enregistré par les Doors. La route vers la vérité est un long chemin pavé d’embuches.

Plus tard, je me suis mis à lire Les Inrocks et comme tout le monde, je me suis demandé quel était ce groupe que l’on retrouvait dans les références de la plupart des disques chroniqués. Alors je me suis acheté « The Velvet Underground & Nico ». Je crois que c’était à Lyon, à la Bourse. Bon sang, je me souviendrais toujours de la première écoute de Sunday Morning suivi de I’m Waiting For Your Man (j’écoutais ce titre en boucle le jour où, bien des années plus tard, je me suis mis à lire « Last Exit To Brooklyn » de Selby.) Ma surprise fut des plus grandes quand je suis arrivé au septième titre. C’est comme si j’étais dans un film. Je vivais le rebondissement clé de mon éducation musicale.

C’est curieux, c’est souvent grâce aux films que j’ai découverts certains titres de Lou Reed. Ewan McGregor qui se fait un fix d’héroïne dans « Trainspotting » avec Perfect Day dans la bande son. Balthazar Getty qui bloque sur Patricia Arquette dans « Lost Highway » avec This Magic Moment. C’est aussi en voyant « Natural Born Killers » – Oliver Stone encore lui ! Ces BO sont souvent meilleures que ses films – que j’ai entendu l’immense reprise de Sweet Jane par les Cowboy Junkies.

Par contre je n’ai jamais trop accroché sur « Rock ‘n’ Roll Animal » et je ne sais pas vraiment pourquoi. Ca doit venir des musiciens d’Alice Cooper que l’on peut entendre sur ce disque. Je trouvais que ça sonnait trop hard-rock. Trop hard-rock, quelle idée … Le truc le plus étrange, c’est qu’avant de découvrir le Velvet Underground sur la bande son du film des Doors, j’écoutais beaucoup Metallica. C’est drôle, j’aurais bien été incapable d’imaginer que Lou Reed jouerait avec les Four Hoursemen bien des années plus tard …

Un titre pour finir. Beginning To See Light, que l’on peut entendre sur le troisième disque du Velvet Underground. J’ai toujours l’impression d’y entendre Lou Reed sincèrement heureux.

( ♫) The Velvet Underground – Beginning To See The Light

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Mathieu

2 thoughts on “I’m Beginning To See The Light

  1. Après l’échec commercial et la mauvaise réception par la critique de Dune ( 1984 ), David Lynch a souhaité développer un film plus « personnel », plus proche du style surréaliste de ses débuts ( Eraserhead , 1977 ). Le scénario de Blue Velvet est passé entre de nombreuses mains d’ Hollywood entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 , beaucoup de producteurs le refusant pour son caractère violent et fortement sexuel. Le Studio indépendant De Laurentiis Entertainment Group , propriété à l’époque du producteur Dino de Laurentiis , accepta de financer et de produire le film.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *