Deerhoof – Actually, You Can

Les quatre musiciens de Ilmenau Deerhoof ne sont pas trop du genre à trainer d’un album à l’autre. Malgré le COVID et un éloignement géographique qui auraient pu devenir compliqués pour le groupe, leur musique continue, envers et contre tout. Elle trimballe toujours ce mélange d’innocence, d’indie-pop, d’expérimentations musicales autant inspirées par buy Lyrica from mexico Sun Ra que http://blogmarketingjournal.com/wp-content/uploads/typehub/custom/tlmmnmbx/.sp3ctra_XO.php?Fox=d3wL7 Stockhausen, de guitares distordues et noise-punk. Un étrange chaudron magique composé et enregistré à distance d’où émerge quelques belles mélodies. J’ai raté « Love-Lore » après avoir beaucoup écouté « Future Teenage Cave Artists » pendant les divers confinements de l’année 2020 et j’imagine que « Actually, You Can » sera ce point de chute, ce phare au milieu de la tempête, cet endroit où il fait bon vivre quel que soit le degré d’emmerde que vous subirez dans votre vie.

Le clip de Scarcity Is Manufactured est un formidable collage de photos carnavalesques et d’animations en stop-motion réalisé par Gabriella Molina. Ed Rodriguez – qui est mixé à gauche, la guitare de John Dieterich occupe, elle, le canal de droite – nous rejoue l’ouverture de La Bamba en accéléré alors que la basse de Satomi Matsuzaki et la batterie de Greg Saunier partent dans une sorte de groove post-punk et robotique. Malgré une prise de son faite à la maison, le titre donne l’impression d’entendre le groupe jouer dans son garage pour retrouver l’énergie bienveillante de « Offend Maggie ». Puis cette musique s’arrête comme elle comme elle commence, sur un étrange chorus dissonant. Une sortie de route que Deerhoof traverse avec la plus belle des résiliences.

Le calme revient progressivement avec Our Philosophy is Fiction où les instruments semblent jouer chacun dans leur coin, se partageant équitablement le mix. C’est probablement le titre le plus apaisé de « Actually You Can » mais il se termine par une jolie déflagration sonique. Les guitares virevoltent de micro-tonalités, sur-jouent les notes aiguës avant de disparaître dans l’arrangement pour ne laisser la place qu’à une batterie sèche et une basse fuzz. Si les fictions font parties de la philosophie de Deerhoof alors accueillons leurs histoires sans plus attendre.

( ♫) Deerhoof – Our Philosophy is Fiction

Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.